EMILIE DE BRETEUIL, MARQUISE DU CHATELET

vignettesignature

Introduction générale
 
Émilie Du Châtelet a été la première grande intellectuelle française. Au XVIIIe siècle, sous le règne de Louis XV, elle a participé aux recherches de pointe en mathématiques, en physique, en philosophie. Elle mérite intérêt, curiosité, admiration.

Entre 1719 et 1742 elle a souvent séjourné tout près d’ici, au château du Buisson aujourd’hui disparu, que son père, le baron Louis-Nicolas de Breteuil, possédait à Créteil. Elle appartenait à la haute noblesse française par sa naissance (1706) et par son mariage, à dix-neuf ans (1725), avec le marquis du Châtelet qui exerça de hauts commandements militaires et dont elle eut trois enfants (1726, 1727, 1733) Elle fréquenta la cour de Louis XV à Versailles, les salons aristocratiques parisiens les plus célèbres et la cour du roi de Pologne Stanislas, à Lunéville en Lorraine. C’est à l’Opéra de Paris, en 1733, qu’elle rencontra Voltaire, le plus illustre écrivain de son siècle dans toute l’Europe, dont elle devint la compagne jusqu’à sa mort. Ils vécurent et travaillèrent ensemble, notamment pendant un séjour de quatre ans au château de Cirey, en Champagne, propriété du marquis Du Châtelet, lieu isolé propice à une intense activité intellectuelle. Elle mourut prématurément, en 1749, des suites de la naissance d’un enfant qu’elle eut avec le poète Saint-Lambert.

Émilie Du Châtelet était une excellente musicienne qui adorait chanter les airs d’opéra. Mais elle mettait encore plus d’ardeur à étudier les mathématiques et la physique, sciences en plein développement à son époque, auxquelles elle fut initiée par des savants réputés comme les français Maupertuis et Clairaut, membres de l’Académie des Sciences, ou le suisse Koenig. Elle connaissait très bien le latin et l’anglais, langues dans lesquelles étaient écrits de nombreux livres modernes sur les sciences. Elle a publié un traité général de physique (1740) traduit dans plusieurs langues dès 1743, un savant "Mémoire sur la nature du feu", premier travail scientifique d’une femme à être imprimé par l’Académie des Sciences de Paris (1739). Une de ses gloires est d’avoir fait une traduction du latin en français et un commentaire des Principes mathématiques révolutionnaires de l’anglais Newton, alors encore peu connu en France. Cette traduction, publiée en 1759, est toujours utilisée.

En 1746 des experts allemands classent Émilie Du Châtelet parmi les dix savants du monde entier les plus célèbres du temps. Comme son ami Voltaire, elle est aussi un "philosophe" au sens du XVIIIe siècle, siècle des "Lumières" de la raison : elle discute les principes et les bases du christianisme, notamment par une lecture critique de la Bible, et cherche à définir un art de vivre fondé sur la raison et l’expérience, en écartant tous les préjugés et les usages routiniers. C’est le fond de son Discours sur le bonheur, écrit vers 1747, publié en 1779.
Elle aimait le plaisir, les arts, la vie de société, le théâtre, la parure, les jeux de cartes pour de l’argent – jusqu’à l’excès. Mais elle aimait surtout les exercices de la pensée, travaillant à son bureau presque toute la nuit, correspondant avec des savants de toute l’Europe, recherchant le savoir avec passion. Trop longtemps méconnue, Émilie Du Châtelet nous fait découvrir une figure exceptionnelle d’intellectuelle, une illustration exemplaire de la philosophie des Lumières et aussi le monde quotidien des châteaux, notamment de Créteil et de l’est parisien, au XVIIIe siècle.
 

* Chronologie

Nota : Cette chronologie entrecroise les éléments biographiques concernant Émilie Du Châtelet et la production des oeuvres iconographiques et littéraires appelées comme témoins dans l'exposition.

1687
Le savant anglais Isaac Newton (1642-1727) publie ses Principia Mathematica que traduira et commentera Émilie Du Châtelet.

1694
François-Marie Arouet naît dans une famille de la riche bourgeoisie parisienne. Il prendra en 1718 le nom de plume de Voltaire.

1706
17 décembre. Naissance à Paris de Gabrielle Émilie Le Tonnelier de Breteuil, fille du Baron Louis Nicolas de Breteuil et de sa seconde épouse Gabrielle Anne de Froulay.

1709
Création à la Comédie-Française, et publication, de la comédie de Lesage, Turcaret.

1710
15 février. Naissance à Versailles de Louis, Duc d’Anjou, le futur roi Louis XV.

1713
Publication anonyme du roman de Robert Challe, Les Illustres Françaises.

1714
Voltaire fait la connaissance du Baron de Breteuil, père d’Émilie, au château de Saint Ange à Villecerf (dans l’actuelle Seine et Marne).

1715
1er septembre. Mort de Louis XIV.
Début de la Régence du Duc d’Orléans.

1717
16 mai. Voltaire est enfermé à la Bastille, jusqu’au 14 avril 1718, pour des vers satiriques.

1718
Création, le 25 avril à la Comédie-Italienne, et publication, du Naufrage au Port-à-l’Anglais, comédie de Jacques Autreau, peintre et écrivain (1657-1745).
18 novembre. Triomphe à la Comédie-Française de la première tragédie de Voltaire, Œdipe.

1719
Achat du château du Buisson à Créteil par le Baron de Breteuil. Il y séjourne souvent avec sa famille.

1725
20 juin. Mariage de Gabrielle Émilie Le Tonnelier de Breteuil avec le Marquis Florent Claude Du Châtelet. Alors gouverneur de Semur-en-Auxois en Bourgogne, ce fils d’une grande famille lorraine exerça d’importants commandements militaires.
Mariage à Fontainebleau de Louis XV avec Marie Leszczynska, fille de Stanislas, roi de Pologne, qui échangera en 1735 son royaume contre le Duché de Lorraine où il établira sa cour à Lunéville.

1726-1729
Séjour de Voltaire en Angleterre.

1726
Naissance de la fille du Marquis et de la Marquise Du Châtelet, Gabrielle Pauline, qui épousera un duc italien.

1727
Naissance de leur fils, Florent Louis, qui deviendra ambassadeur et mourra guillotiné pendant la Révolution.

1728
Mort du Baron de Breteuil, père de Mme Du Châtelet. Sa veuve s’installe à Créteil au château du Buisson.

1731-1742
Publication du roman de Marivaux, La Vie de Marianne.

1733
Naissance du troisième enfant du Marquis et de la Marquise Du Châtelet, Victor Esprit, qui mourra l’année suivante.
Mme Du Châtelet reprend une vie mondaine intense ; elle a diverses liaisons avec des hommes de la haute société.
Rencontre avec Voltaire. Émilie devient sa maîtresse.
Émilie prend des leçons de mathématiques avec un membre de l’Académie des Sciences, Maupertuis, dont elle est la maîtresse. Beaucoup de ces leçons se déroulent à Créteil.

1734
Publication des Lettres philosophiques de Voltaire. Menacé de poursuites, il doit rester éloigné de Paris.

1734-1735
Publication du roman de Marivaux, Le Paysan parvenu.
Mme Du Châtelet s’installe avec Voltaire à Cirey (actuelle Haute-Marne), dans le château de son mari qui continue à y séjourner régulièrement et où ils attirent de nombreux visiteurs. L’argent de Voltaire sert à transformer luxueusement le château et les jardins, à constituer une riche bibliothèque et à rassembler tout un équipement scientifique. Ce sera leur résidence, d’abord continue puis intermittente, jusqu’à la mort d’Émilie et le lieu d’un intense travail intellectuel commun.

1736
Voltaire commence à échanger des lettres avec le prince héritier de Prusse, futur Frédéric II, qui connaît mieux le français que l’allemand et qui a le projet de devenir un grand écrivain en français.
Voltaire écrit un poème, Le Mondain, où il fait l’éloge de la civilisation moderne, de ses raffinements et de ses plaisirs.

1736-1737

Les savants Maupertuis et Clairaut participent à une expédition scientifique au cercle polaire décidée par le pouvoir royal pour vérifier que la terre est aplatie aux deux pôles comme l’avait calculé Newton.

1736-1738
Publication du roman de Crébillon fils (1707-1777), Les Égarements du cœur et de l’esprit.

1737
Émilie entreprend la rédaction d’un mémoire sur la nature du feu afin de participer au concours de l’Académie Royale des Sciences pour l’année 1738. Elle n’obtient pas le prix mais l’Académie publie son ouvrage, distinction inédite pour une femme.

1738-1739
Séjour à Cirey de Mme de Graffigny, futur auteur du célèbre roman Les Lettres d’une Péruvienne (1747). Voltaire compose des Éléments de la philosophie de Newton.

1739
Départ de Voltaire et d’Émilie pour Bruxelles où ils séjourneront périodiquement jusqu’en 1743, ainsi qu’à Paris.
Louis XV fait l’acquisition du château de Choisy qui devient alors Choisy-le-Roi.
Exposition au Salon du Louvre de La pourvoyeuse, tableau du célèbre peintre Jean-Baptiste Chardin (1699-1779).
Le déjeuner, tableau de François Boucher (1703-1770), membre de l’Académie Royale de peinture depuis 1734.

1740
Mort de la baronne de Breteuil au château du Buisson de Créteil.
En octobre, pendant un premier voyage de Voltaire en Prusse auprès du nouveau roi Frédéric II, Emilie séjourne à la Cour de France qui passe l’automne à Fontainebleau.
Décembre. Publication des Institutions de Physique qu’Emilie adresse à son fils ( traduites en italien dès 1743).
Fondation de la manufacture de porcelaine de Vincennes.

1741
Mars-avril. Polémique publique entre Dortous de Mairan, secrétaire de l’Académie des Sciences et Mme Du Châtelet sur "la question des forces vives".
Malgré les efforts d’Émilie pour le retenir, Voltaire la quitte pour un long séjour en Prusse, à l’invitation de Frédéric II.

1742

Époque probable de la rédaction de l’Examen de l’Ancien et du Nouveau Testament, manuscrit anonyme attribué à Mme Du Châtelet.
Vente du Château du Buisson par l’Abbé de Breteuil, frère d’Emilie, pour mettre sa sœur en possession de sa part d’héritage.
La dame à la jarretière, tableau de François Boucher.

1743
Publication du Traité de dynamique de D’Alembert ami de Voltaire, ouvrage essentiel pour la mécanique moderne.

1744
Publication de deux autres ouvrages scientifiques importants :
* D’Alembert, Traité de l’équilibre et du mouvement des fluides,
* Maupertuis, Accords des différentes lois de la nature qui avaient jusqu’ici paru incompatibles.
Le Marquis d’Argenson, ami de jeunesse de Voltaire, devient ministre. Voltaire et Mme Du Châtelet peuvent désormais vivre à la cour ou à Paris. Voltaire est nommé historiographe du roi.
Mars. Liaison affichée de Voltaire avec une actrice, Mlle Gaussin, début d’une crise entre Voltaire et Émilie qui ne cessera de s’aggraver.
Début d’une liaison secrète de Voltaire avec sa nièce Mme Denis.
Voltaire et Émilie sont invités à passer l’été au château de Champs-sur-Marne, chez le Duc de La Vallière.

1745
Début de l’influence politique de la Marquise de Pompadour, maîtresse de Louis XV, protectrice des philosophes.
Mme Du Châtelet entreprend la traduction en français des Principia Mathematica de Newton.
11 mai :victoire de la France à Fontenoy. Voltaire écrit le Poème de Fontenoy à la gloire de Louis XV et de son armée.
Séjour d’Émilie et de Voltaire à la Cour installée à Fontainebleau.

1746
Voltaire est élu à l’Académie française.
Mme de Pompadour multiplie les fêtes dans son château de Choisy-le-Roi.
Mai. Mme Du Châtelet est nommée membre associé de l’Académie de Bologne.
La marchande de modes, tableau de François Boucher.

1747
Mme Du Châtelet et Voltaire séjournent longuement au Château de Sceaux, chez la Duchesse du Maine.

1748
Le Château de Bellevue à Meudon est construit pour Mme de Pompadour par Lasurance.
Date vraisemblable de l’achèvement des Réflexions sur le bonheur de Mme Du Châtelet qui seront publiées sous le titre de Discours sur le bonheur en 1779.
Disgrâce de Voltaire qui doit quitter la Cour de France. Avec Mme Du Châtelet, il part pour la Cour du Roi Stanislas à Lunéville en Lorrraine.
Emilie y fait la connaissance du poète le Marquis de Saint-Lambert. Elle en tombe amoureuse.

1749
Emilie est enceinte de Saint-Lambert. Elle revient à Paris pour y terminer son commentaire sur les Principia de Newton.
Juillet. Elle repart, avec Voltaire, pour Lunéville où elle donnera naissance à une fille, le 4 septembre.
9 septembre. Mme Du Châtelet envoie à l’abbé Sallier, garde de la Bibliothèque du roi, le manuscrit de son commentaire sur les Principia, quelques heures avant de mourir.

1759
Publication posthume de l’édition définitive de la traduction et du commentaire des Principia mathematica de Newton par Emilie Du Châtelet.