L'EST PARISIEN AU TEMPS D'EMILIE DU CHATELET


Créteil au temps des Breteuil

Atlas du terrier de l'archevêché de Paris. Seigneurie de Créteil. Vers 1784
archives nationales (N4 Seine 6), reproduction photographique aux archives départementales du Val-de-Marne

Ces documents de la fin de l'Ancien Régime décrivent les terres et censives (propriétés assujetties au cens) tenues d'un seigneur, ici l'archevêque de Paris.

vignette17 vignette18` vignette19
Plan général

Le plan général montre la seigneurie de Créteil. Le Nord est vers le bas, ainsi que l'indique la rose des vents placée en haut à gauche. Entre Seine et Marne, à quelques kilomètres de Paris, s'étend un paysage agricole où l'on ne rencontre que quelques villages : Maisons, Alfort, Créteil ou Mesly. Deux grandes routes royales le traversent, en direction de la Brie et de la forêt de Sénart. Notre université se situe sur le terroir portant le numéro 16.

Plan 19

Le château du Buisson est sis face à Saint-Maur, au voisinage des îles marécageuses de Brise-pain et de Sainte-Catherine. Le plan 19 donne la description précise des terres tenues par les censitaires et vassaux de l'archevêque de Paris. Il indique également par un code de couleurs l'occupation du sol : bâtiments, forêts, prairies ou labours. Près de la ferme du Buisson, on distingue un jardin à la française, un labyrinthe végétal au milieu d'un bois, représenté par un colimaçon, un verger potager divisé en petits blocs rectangulaires, ainsi qu'une parcelle de vigne attenante.
Près de la Marne, le "Chemin des batteau" signale l'activité de halage le long de la rivière.

Registre du terrier

Le terrier est avant tout une description écrite des terres - d’où son nom - même s'il est le plus souvent accompagné de plans depuis la fin du XVIIe siècle. Le registre présenté ici renvoie au plan 19 par un système de clé numérique. Il détaille le nom des propriétaires ainsi que l'étendue de leur bien, en perches. Une perche ou perche carrée (ce terme étant sous entendu) mesure environ 51 mètres carrés, 100 perches font un arpent (ici arpent de Paris de 34,19 ares).

Parmi les vassaux et censitaires indiqués se trouvent de nombreuses institutions religieuses (l'Hôtel-Dieu de Paris, l'église de Maisons), des particuliers, dont certains laisseront une trace dans la toponymie du Val-de-Marne, comme Monsieur de Charentonneau, ou encore l'Ecole vétérinaire, installée près du château d'Alfort en 1765. Les deux dernières lignes du tableau, 54 et 54bis, correspondent au château du Buisson, appartenant alors à Paul-Antoine Clouet, d'une étendue de 2 100 perches, soit un peu plus de 8 hectares.