DER OSTTEIL DES PARISER RAUMS ZUR ZEIT VON EMILIE DU CHATELET
Die Reise/Fahrt nach Créteil
* Aus der Sicht der Geographie
vignette26b

Karte von Cassini, Blatt N° 1: Paris, 1756. 1:86400

Cassinis Karte ist die erste detaillierte Abbildung des gesamten Königreichs Frankreich. Sie gründet sich auf in der Académie des Sciences entwickelte geometrische Verfahren. Das Projekt wurde 1747 von César-François Cassini de Thury (genannt Cassini III) mit der anfänglicher Unterstützung durch Ludwig XV. gestartet. Erst 1815 wird das Unternehmen im Rahmen des Dépôt de la guerre fertiggestellt. Die Karte im Maßstab 1:86400 zeigt die bewohnten Orte, die großen königlichen Straßen und einen Teil des Straßenetzes. Zahlreiche Hinweise werden über die Ansiedlungen (Mühlen, Schmiedeöfen, Minen usw.) und die Nutzung der Böden gegeben. Das Relief wird schematisch gezeichnet, ohne Angaben der Höhen, Steigungen oder Gefälle. Parks, Wälder und Schlosse werden sorgfältig dargestellt, um ihre Besitzer zu ermuntern, die Karte zu erwerben. Das 1756 veröffentlichte Feuille de Paris erscheit kurz nach dem Tod vonn Madame Du Châtelet. Man kann dort eine Beschreibung des Weges lesen, den sie zurücklegte um ihr Anwesen in Créteil zu erreichen. Man verlässt Paris auf der Seite rechts von der Seine in Richtung Osten und fährt an der Bastille vorbei. Man muss die Rue de Charenton entlang fahren und den Vorort von Saint Antoine durchqueren, dann über die Ebene von Bercy an dem von Le Nôtre entworfenen großen Schlosspark von Bercy. In Charenton überquert man die Marne. Auf der anderen Seite führt dann hinter Alfort die Straße nach Brie in Richtung Créteil. Nach einigen Kilometern führt dann links ein Weg zum Anwesen von Buisson führt. Von den Toren von Paris bis zum Schloss hat man fast 9,5 Kilometer zurückgelegt, d. h. eine Fahrt von circa 1h15 mit der Pferdekutsche.

Kutschen: Berline und Postkutsche, auch genannt « Affenhinternkutsche »


Planches V et XIV, extraites de l'article Sellier-carrossier de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers de Diderot et d'Alembert, Volume IV : Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts méchaniques avec leur explication, Tome XXVI,  1751-1780, éd. Briasson, David, Le Breton et Durand.

Stiche Nr. V und Nr. XIV aus dem Artikel Sattler-Kutschenbauer der Encyclopédie  von Diderot und d’Alembert (Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers de Diderot et d'Alembert, Volume IV : Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts méchaniques avec leur explication, Tome XXVI,  1751-1780, éd. Briasson, David, Le Breton et Durand.)

Die Berline ist ein Kutschfahrzeug aus der selben Familie wie die Prachtkutschen. In der Epoche, die uns im Rahmen dieser Ausstellung interessiert, war sie noch nicht lange in Gebrauch. Ihr Name beruht auf der Stadt Berlin, wo sie zum ersten Mal Mitte des 17. Jahrhunderts (um 1660) von dem aus dem Piemont stammenden Philippe de Chieze, Generalquartiermeister im Dienst des Kurfürsten Friedrich Wilhelm von Brandenburg, gebaut wurde. Anfänglich unterscheidet sich die Berline von den Prachtkutschen dadurch, dass sie voll durchgefedert war, was bei letzteren erst später eingeführt wurde. Sie ist leichter und sicherer. Sie stürzt weniger leicht um. Aus diesem Grund wird sie zur meist verbreiteten Kutsche des 18. Jahrhunderts. Es wird versucht, sie für den Gebrauch sowohl in der Stadt als auch auf dem Land, für Zeremonien wie für Reisen, so komfortabel wie möglich zu machen. Die leichteste Berline der Geschichte ist die, die Ludwig XVI. während seines Fluchtversuchs, der mit seiner Gefangennahme am 21. Juni 1791 in Varennes endete, benutzt hat.

Die Postkutsche mit dem Spitznamen « Affenhinternkutsche » trägt diesen eigenartigen Namen wegen der abgerundeten Form seiner Sitze.

In der Encyclopédie von Diderot und d’Alembert spielen die Illustrationen in Form von Kupferstichen eine wichtige Rolle. Sie geben den Artikeln eine konkrete und praktische Dimension und erlauben es den Lesen, ihr technisches Wissen zu überprüfen und zu vervollständigen.

vignette27
* Aus der Sicht der Literatur

Im 18. Jahrhundert reiste man von Paris bis in die Gegend, die wir heute unter dem Namen "Val de Marne" kennen, sowohl per Boot auf der Seine als auch in einer Pferdekutsche. Die zwei nachstehenden Auszüge informieren uns auf sehr unterschiedliche Weise über die beiden Fortbewegungsmitteln, auf der einen Seite die komisch-italienische Art, auf der anderen Seite der alltägliche Realismus der Pariser Aristokratie.

1) Per Zille, einer Art Omnibus in Bootform. Auszug eines Monologs von Harlekin, Figur der Commedia dell' Arte, in dem ersten Lustspiel (1718), dessen Gerüst (ein Grundtext nach dem die Schauspieler frei improvisieren konnten) vom Maler und Dramatiker Jacques Autreau (1657-1745) auf Französisch für die italienischen Komödianten von Paris verfasst wurde. Die Szene spielt in einem Kabarett des Dorfes von Port-à-l'Anglais ganz in der Nähe von Creteil.

Arlequin, seul, :
Oh ! quelle tempête ! quel ravage ! quelle désolation ! Le tonnerre était si épouvantable que le soleil s’est caché de peur, et la pluie si horrible que la rivière de Seine en est encore toute trempée. Le ciel ressemblait à un jeu de paume*. Le coche d’eau, étonné du bruit, aveuglé par l’obscurité, s’est brisé l’omoplate contre un autre bateau aussi étourdi que lui, et tous deux se seraient noyés si le vent charitable ne les avait poussés à terre de toute force. Le pauvre Arlequin serait mort en pleine eau, lui qui dans son vin n’en peut pas seulement souffrir une goutte. Mais béni soit l’orage qui nous a fait échouer près d’un bon cabaret, où la cave est bien garnie, la cuisine encore mieux ; il vaut mieux se noyer ici.
Jacques Autreau, Le Naufrage au Port-à-l’Anglais dans Théâtre du XVIIIe siècle,
Ed. Jacques Truchet, Paris, 1972, t.I, p. 349
*L’expression fait vraisemblablement allusion au fracas des balles rebondissant dans les jeux de paume, ancêtre du tennis.
2) Mit der Kutsche. Brief von Emilie du Châtelet an den Herzog von Richelieu vom 22 September 1735. Frau von Châtelet, die damals mit Voltaire in Cirey in der Champagne lebte, in einer Entfernung von mehr als 200 Kilometer, kam in aller Eile nach Creteil zurück um ihre kranke Mutter zu besuchen, welche dort als Witwe das Schloss du Buisson bewohnte (ihr „Häuschen“, ein im 18. Jahrhundert gebrauchter Ausdruck, der keinesfalls eine kleine Behausung sondern ein in der Pariser Gegend gelegenes Anwesen zu Erholungszwecken bezeichnet). Sie nutzte die Gelegenheit, um tagsüber nach Paris zu fahren, um dort Angelegenheiten zu erledigen, Freunde zu besuchen, besonders ihre engste Vertraute, die junge Herzogin von Saint-Pierre und in der Oper einer Balletaufführung beizuwohnen (Die Vorstellungen fanden am Nachmittag statt, die Primaballerina war Mademoiselle Sallé).
A Cirey, ce 22 septembre. […] J’ai fait une course bien légère. Je n’ai été que cinq jours dans mon voyage à aller, venir et séjourner. Je ne crois pas avoir jamais fait une si belle action que de partir et une si agréable que de revenir.  J’ai trouvé ma mère hors d’affaire. Elle était à sa petite maison de Créteil ; ainsi je n’ai pas couché dans Paris ; j’y ai été le vendredi parler à mon notaire, et voir Mlle Sallé à l’opéra dans la petite loge de Madame de Saint-Pierre […]

Les Lettres de la Marquise Du Châtelet, 
            Éd.Théodore Besterman, Genève, 1958, t.I, p. 81.

* Aus der Sicht des Archivmaterials: der fonds Malon de Bercy
Aucun document concernant la famille de Breteuil ne se trouve aux Archives départementales du Val-de-Marne, à Créteil. Ce sont donc les papiers de la famille Malon de Bercy, de profil comparable – noblesse de robe, hautes fonctions ministérielles - qui ont été choisis comme documentation témoin. La marquise de Bercy, bien que d’une génération postérieure, vivait à peu de chose près comme la marquise Du Châtelet.
Ce fonds a été acheté à la famille de Brissac, descendant des Malon de Bercy, en 1983 par les Archives de France à l’intention des Archives du Val-de-Marne. Bien qu’une partie des papiers concerne Paris auquel l’ancienne commune de Bercy a été rattachée pour moitié en 1860 ou l’Indre-et-Loire où les Malon avaient des propriétés, il a été décidé de conserver cet ensemble à Créteil. Le tout représente 18 mètres linéaires.
Ce fonds de documents anciens est précieux pour les Archives départementales du Val-de-Marne, surtout riches en documents contemporains (XIXe et XXe siècles), étant donné la jeunesse du département (1964). C’est un apport capital à leurs ressources, à côté du fonds des justices seigneuriales comme celle d’Ormesson, par exemple. Outre les titres de propriété et documents domaniaux, ce chartrier comprend de multiples documents intéressant la vie quotidienne, avec toutes les factures et les comptes concernant les Bercy. Les comptes de tutelle des mineurs Malon de Bercy, enfants très tôt orphelins de la marquise et du marquis de Bercy, offrent un ensemble particulièrement riche pour l’histoire économique et sociale. Le gestionnaire de la fortune des mineurs devait en effet pouvoir présenter des justificatifs de ses dépenses au conseil de famille. Ces justificatifs nous sont tous parvenus (salaires des domestiques, factures de fournisseurs, états des plantations et travaux, frais de médecin…). Plusieurs travaux d’étudiants d’histoire de Paris 12 ont d’ores et déjà exploité cette documentation, encore largement à découvrir.
La famille Malon de Bercy
Cette famille noble (noblesse remontant aux années 1467) est probablement originaire du Vendômois où elle a possédé successivement plusieurs fiefs et où elle a fait des fondations à la paroisse de la Madeleine de Vendôme. La seigneurie de Bercy entre dans la famille Malon par mariage avant 1493. La famille s’établit à Paris en entrant dans la robe dans les années 1520.
Elle ne donna pas moins de cinq générations de Maîtres des Requêtes (signalons le mariage de la fille de Nicolas Desmarets, Maître des requêtes, puis Contrôleur Général des finances sous Louis XIV, avec Charles-Henri de Malon II) entre 1608 et la Révolution française. Tous furent à un moment ou à un autre Conseillers au Parlement, Conseillers d’Etat, voire Président du Grand Conseil ou Intendants en province. Les compétences des membres de cette famille, leur capacité à servir l’Etat, leur réseau de relations haut placées et efficaces, leur permirent de s’installer dans les plus hautes sphères du pouvoir.
Généalogie simplifiée des Malon de Bercy (document .pdf) Nota : Ce document nécessite Acrobat Reader pour être consultés, cliquez ici pour télécharger gratuitement ce logiciel. reader
Trois mémoires de recherches réalisés à Paris 12 (et disponibles à la bibliothèque universitaire) sur le fonds Malon de Bercy :
* Mathieu Dusart, La fortune de Nicolas Desmaretz (1648-1721), contrôleur général des finances de Louis XIV, d’après son inventaire après décès conservé dans le fonds Malon de Bercy aux Archives départementales du Val-de-Marne, maîtrise Paris 12, 2003, dir. Mireille Touzery.
* Anthony Pisanne, Etude d’une bibliothèque de parlementaires parisiens au XVIIIe siècle : les Malon de Bercy, 1706-1790, DEA Paris 12, 2005, dir. Mireille Touzery.
* Agnès Thiébaut, Le conseil de tutelle des mineurs Malon de Bercy. 1770-1798, maîtrise Paris 12, 2005, dir. Mireille Touzery.
Documents originaux (fonds Malon de Bercy, AD 94)
 

 

Document 1 : Mémoire de ce que Madame de Bercy doit à l'école roiale vétérinaire de Paris pour ferrure de ses chevaux de charrette en 1774
AD94  46 J 170

vignette29
 
 

Document 2 : Mémoire pour la paille que j'ai fourni tant à Paris qu'à Bercy pour la fourniture des chevaux de Mme de Bercy, 17 mai 1755
AD94 46 J 171

vignette30
 
  Document 3 : Mémoire des marchandises fournies pour les équipages de madame de Bercy part le Grand marchand à Paris
AD94 46J 171
 
  Document 4 : Mémoire de ce qui s'est trouvé dans la breline de Madame
AD94  46 J 171
 
 

Document 5 : Publicité : La Nord, seul privilégié du roi, pour la fabrique et la vente de soupentes de nerfs
AD94 46 J 171

vignette31
 
  Document 6 : Mémoire d'ouvrage de selleries faites et fournies pour M. le marquis de Bercy par Millet, maître sellier, 1778
AD94 46 J 170
 
 
Document 7 : Billet, Madame voilà votre chien radicallement guéri
AD94 46 J 172
vignette32
 
  Document 8 : Pour la poste à Besançon
AD94 46 J 172
 
 

Document 9 : Facture, A la Fleur des marchands
AD94 46 J172

vignette33
 
 

Document 10 : Je soussigné reconnais avoir vendu un cheval noir ors d'age, 12 mars 1779
AD94  46 J 174

vignette34
 

Au XVIIIe siècle, le cheval est associé à beaucoup d’actes de la vie : déplacements, travail, voyages, cérémonies, d’où une place importante dans la vie quotidienne et dans les budgets. Les voitures et les chevaux contribuent également au "paraître riche", le carrosse est le support mobile et permanent de l’affichage du rang, de la fortune, de la puissance sociale. La liste des éléments se trouvant dans la berline de Madame de Bercy (doc. 4) en est une preuve.
Il y a des glaces, il s’agit en fait de pièces de cristal, des tissus précieux, comme le damas ou le taffetas. Ce sont des articles de luxe et souvent, dès 1660, le décor et l’habillage du carrosse dépasse du double le prix de la menuiserie. Mais le carrosse en lui-même ne suffit pas. Il faut soigner l’habillement du cocher, du valet et du postillon, eux aussi reflets de la puissance de leurs maîtres. Les équipages occasionnent ainsi de nombreuses dépenses (on mentionne ceux de Madame de Bercy dans le document 3).
Les chevaux devaient également être les plus beaux. On n’utilise pas le même cheval pour un carrosse ou une berline que pour un cabriolet léger ou encore un chariot de chasse. Il est question de taille, de robe mais également de mode. Le plus souvent ce sont des chevaux noirs danois, flamands ou du Holstein lorsqu’il s’agit de véhicules d’apparat. Des chevaux bais (crin noir, poil marron) anglais ou normands pour les attelages plus légers ou les chevaux de selle.
Le document 10 est une reconnaissance de vente d’un cheval datant du 12 mars 1779. La taille est donnée entre le sol et la pointe de l’épaule du cheval, c'est sa hauteur "au garrot". On identifie le sujet en donnant son sexe, sa robe, ici il s’agit d’un cheval noir, sa taille, il fait un peu plus de cinq pieds (5 pieds = environ 1,62 m), et son âge, connu par sa dentition. Le cheval de carrosse est plus cher que le cheval de selle sauf si celui-ci est "entier", c'est-à-dire un mâle reproducteur. Le cheval vendu dans le document 10 vaut 240 livres, soit une somme assez conséquente pour l’époque, un salaire annuel d’ouvrier agricole. Il est hors d’âge, c’est-à-dire qu’il a au dessus de 16 ans, âge auquel le nivellement de la dentition ne permet plus de repérer les signes permettant d’établir l’âge. Madame de Bercy achète donc un cheval de selle âgé (16 ans, soit environ l’équivalent de 50 à 60 ans pour un homme), sans doute tranquille, pas très grand, pour son usage personnel.
Chevaux et carrosses, reflet de la hiérarchie sociale, coûtent cher, non seulement à l’achat mais aussi à l’entretien. En ce qui concerne les chevaux, nous avons ici des documents nous montrant le coût de la paille (doc. 2), indispensable à la litière de l’animal, mais aussi des ferrures, c'est-à-dire les fers à cheval. Les ferrures sont faites ici par l’école royale vétérinaire de Paris (doc. 1), il s’agit plus précisément de l’école vétérinaire de l’actuelle Maisons-Alfort, fondée en 1765. Elle est d’abord installée dans le quartier de la Chapelle. Mais les locaux ne conviennent pas et les fourrages taxés aux entrées de Paris renchérissent l’installation. C’est pour cela que la propriété du Château d’Alfort est achetée au Baron de Bormes, la surface et l’emplacement conviennent mieux à l’enseignement qui commence en octobre 1766. L’école a pour souci de préserver et d’améliorer l’espèce chevaline dont l’importance économique, sociale et militaire est à son apogée. C’est aussi à l’école d’Alfort que Madame de Bercy faisait soigner ses chiens, de chasse ou d’agrément (doc. 7 : on remarque que le chien est dessiné sur le billet). Le coût approximatif de la nourriture d’un cheval par jour est de 20 à 30 sols, soit une fois et demi le salaire quotidien d’un ouvrier parisien, et ceci ne recouvre pas les frais d’entretien ni ceux du personnel.
De nombreux métiers gravitent autour de ce monde, dont la trace se retrouve dans les comptabilités des écuries. On a ici l’exemple du sellier (doc. 6) qui fournit les selles des chevaux mais également les éléments du carrosse. On a aussi un artisan spécialisé dans la réalisation et la vente de soupentes (doc. 5). La soupente est l’assemblage de plusieurs courroies cousues ensembles qui soutient le corps d’un carrosse. Il ne faut pas oublier enfin le service de la Poste qui repose sur l’usage des chevaux (doc. 8). Il existe deux sortes de "poste", la "Poste aux lettres", chargée du courrier et la "Poste aux chevaux", chargée des voyageurs et des marchandises. Le Livre de Poste mentionné dans ce document est un guide des itinéraires postaux à destination du public, le premier paraît en 1708. Il y a la liste des routes et des relais, les distances entre les relais et le prix à payer au maître de postes. On mettait environ cinq jours pour se rendre de Paris à Lyon, neuf jours pour aller à Marseille, une journée pour aller à Amiens.

Mors de bride d'époque napoléonienne
collection particulière

Le mors de bride à canon droit est une embouchure à action sévère pour la bouche d'un cheval. Les Arabes qui l'ont introduit en Europe, l'ont rencontré aux confins de l'Iran et des plaines d'Asie centrale vers le VIe siècle après J.-C. Mais ce mors est présent dans l'Altai dès le Ve siècle avant J.-C. C'est le mors le plus utilisé sous l'Ancien Régime car le cheval est alors un outil dont on attend la soumission complète, en particulier pour les chevaux de guerre et les chevaux d'attelage. Plus les branches du mors sont longues, plus son action est efficace. C'est au XIXe siècle que l'usage du mors de bride reculera devant des embouchures plus douces (mors de filet). On peut penser que tous les attelages des Malon de Bercy ou les chevaux d'Emilie Du Châtelet qui était une bonne cavalière, avaient des mors de ce type. La présence des canons entrecroisés, emblème de la Grande armée, permet d'attribuer ce mors à un cheval d'attelage de l'artillerie.

vignette35