La Lettre Clandestine

L’enquête dans les archives et bibliothèques provinciales

Les fonds de province ont probablement davantage échappé à la vigilance de Wade et de Benítez que les fonds parisiens. En principe, les bibliothèques ont fait l’objet d’inventaires il y a un siècle, mais on ne doit pas se contenter des catalogues imprimés de cette époque.

En 1975, il existait un Service du livre ancien, malheureusement supprimé depuis. Une enquête avait été menée en 1975 ; les résultats ont été publiés en 1981 par le C.N.R.S. et l’I.R.H.T. et sont disponibles dans les principales bibliothèques françaises : F. Bléchet et A. Charon Les fonds anciens des bibliothèques françaises. On y trouve des évaluations en nombre de volumes et en mètres de rayonnages sur les fonds imprimés des bibliothèques provinciales. Certes, il ne s’agit pas des manuscrits, mais une enquête systématique dans les bibliothèques mentionnées serait nécessaire.

Lorsque l’enquêteur visite une bibliothèque (ou des archives), muni des listes de Benítez et, si possible, de Wade, il doit avant tout demander à consulter les catalogues de manuscrits : imprimés, dactylographiés et sur fiches. Le catalogue imprimé peut donner de nouvelles indications portées à la main, ne serait-ce, hélas, que la mention “disparu”.

L’enquêteur devra s’intéresser à tous les manuscrits dont le titre est prometteur ou au contraire trop vague (c’est le cas des recueils), y compris ceux des catalogues imprimés négligés par Wade et Benítez. Il demandera communication de ces manuscrits : on ne traitera pas aujourd’hui des limites du corpus mais il est évident que dans le doute, il vaut mieux prendre trop largement qu’étroitement.

Françoise WEIL