(1).
Pour plus d'information voir La Lettre clandestine n° 3, p. 5. On peut aussi, soit m'écrire au Centre d'étude de la langue et de la littérature françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (C.N.R.S. URA 96), Université Paris IV-Sorbonne, 1, rue Victor Cousin, 75230 Paris Cedex 05, soit me rencontrer à la même adresse, où je tiens une permanence le jeudi de 10 h 30 à 12 h, escalier G, salle 330.

(2). François Moureau, " Rapports entre imprimés et manuscrits " ; Geneviève Artigas-Menant, " L'édition des manuscrits philosophiques clandestins ".


(1). En attendant l’édition critique que prépare Geneviève Artigas-Menant, je citerai Telliamed à partir de l’édition de 1755, reprise dans la coll. “Corpus des oeuvres de philosophie en langue française”, Paris, Fayard, 1984 (sigle : Tell.) ; quelques passages absents de cette édition seront cités suivant le ms. Nouveau Système du monde, ou Entretien de Teliamed philosophe indien, avec un missionnaire françois, Paris, B.N., ms. fr. 9774 (sigle : Tell. ms. 9774). Pour ce qui concerne la correspondance avec Le Mascrier, cf. Paris, B.N., ms. n.a.fr. 22158, Physique-mécanique (sigle : PhM). Les lettres à Caumont se trouvent à Münich, Bayerische Staatsbibliothek, cod. gall. 721 (pages non numérotées, lettres identifiées par leur date). Autres ouvrages utilisés : Description de l'Egypte […], composée sur les mémoires de M. de Maillet […] par M. l'abbe Le Mascrier, Paris, L. Genneau et J. Rollinfils, 1735 (sigle : D.E.) ; [B. de Maillet], Relation d’Ethiopie, dans J. Lobo, Relation historique d'Abissinie, Paris, Vve Coustelier & J. Guerin, 1728 (sigle : Rel.).

(2). Cf. M. Benítez, « Benoît de Maillet et la littérature clandestine : étude de sa correspondance avec l’abbé Le Mascrier », Studies on Voltaire and the XVIIIth century, 1980, n° 183, p. 133-159 (cf. p.136) ; Id., « Éléments d’une sociologie de la littérature clandestine : lecteurs et éditeurs de Telliamed », dans De bonne main, éd. Fr. Moureau, Paris, Universitas / Oxford, The Voltaire Foundation, 1993, p. 71-96 (surtout p. 90-92.) ; Fr. Moureau, « Clandestinité et ventes publiques : le statut du manuscrit », dans De bonne main, op. cit., p. 143-175 (surtout p.161-162). Notons que François Moureau signale à juste titre, comme piste possible, les Sentimens des philosophes sur la nature de l’âme (p. 162, note 92).

(3). Lettre de mai 1733 (datation établie par Benítez dans De bonne main, op. cit., p. 72, note 5) : « il m’en a coûté près de trente ans de soin pour faire un mauvais Traité de la diminution de la mer et un autre sur la nature de l’âme ».

(4). Cf. PhM, f. 187 rv (« Copie d’une lettre par moy, écrite à Mr de Fontenelle il y huit ou dix ans » — cette annotation pourrait dater de 1736 comme les premières lettres du recueil, qui contient pourtant également des documents de 1737-1738) : « il [l’auteur des Opinions des anciens sur la nature de l’âme] ne sera peut-être pas plus heureux que moy à expliquer et faire sentir la nature de l’âme ». Voici les autres références au traité sur l’âme dans la correspondance de Maillet : à Caumont, 5 mars 1734 : « un autre[ouvrage] qui a pour titre : Observations sur la nature de l’âme » (voir aussi la lettre du 9 mars) ; à Le Mascrier, ±1737 : « le peu que vous avez vu dans mon traité sur la nature de l’âme » (PhM f. 191r) ; à Caumont, 20 septembre 1737 : « mon Opinion sur la nature de l’âme ».

(5). Tell. 9774,164v - 165r.

(6). PhM, f. 191r.

(7). Ibid.

(8). Cfr. Houtteville, La Religion chrétienne prouvée par les faits, Paris, 1722, p. 112 ; Houtteville ne faisait à son tour que reproduire (pour les réfuter) quelques observations d’Anthony Collins, A Discourse of Free-Thinking, London 1713, sect. II, § 7, p. 89-90.

(9). Cf. S. Berti, « César Chesneau du Marsais entre gallicanisme et “philosophie” : l'Exposition de la doctrine de l'Eglise gallicane, par rapport aux prétentions de la Cour de Rome (1757) », Studies on Voltaire and the eighteenth century, vol. 241 (1986), p. 237-251.

(10). Voir A. McKenna, dans Fontenelle. Actes du colloque de Rouen, éd. A. Niderst, Paris, P.U.F., 1989, p. 351-366. D’après J.S. Spink, « Libertinage et spinozisme : la théorie de l’âme ignée », French Studies, 1947, pp. 218-231, les Sentimens ont été utilisés par Cuenz dans son Essai d’un système nouveau, Neuchâtel, 1742.

(11). Renseignements et bibliographie sur cette édition dans le n° 3 de La Lettre clandestine, note d’A. Mothu, p. 45-46. Pour un aperçu des sources pillées par Le Mascrier, voir G. Mori, « Du Marsais philosophe clandestin : textes et attributions », à paraître dans les actes du colloque de Saint-Étienne sur la littérature clandestine (octobre 1993).

(12). Cf. F. Moureau, dans De bonne main, p. 163-164.

(13). Cf. Tell. 113.

(14). Il s’agit du ms. 1772 (1906) de la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence. Sur ce manuscrit, et sur son rapport avec Maillet, voir ma note dans le n° 3 de la Lettre clandestine, p. 16-17 (je peux maintenant préciser que le titre Lettre à M.*** sur l’origine des Juifs se trouve seulement dans le recueil d’Aix, ce qui corrobore mon hypothèse). Les additions par rapport au texte standard de l’Examen seront indiquées dans les détails dans mon édition critique, à paraître chez Universitas - The Voltaire Foundation (sous le nom de l’auteur du texte : César Chesneau Du Marsais).

(15). C’est-à-dire Ahmad ibn 'Ali al-Maqirizi (1364-1442).

(16). Sur la collection de mss. arabes de Maillet, voir C. Cohen, La Genèse de Telliamed, thèse Univ. de Paris III, 1989, p. 478-480.

(17). Voici d'autres locutions des Sentimens qu’on retrouve chez Maillet : l. 54 : « d’autant mieux » [= d’autant plus], cf. Tell. 152-153,172 ; l. 193-194 : « témoignages […] invincibles », cf. Tell.155, 248 ; l. 542 : « l’opinion […] généralement reçue », cf. Tell. 197 ; l. 632 : « meilleur microscope », cf. Tell. 298 ; l. 720 : « ainsi que […] en font foi » (= Tell. 96, 291) ; l. 578-79 : « embaumer et conserver avec soin ».

(18). PhM f. 187r.

(19). Voir respectivement les lettres du 5 et du 9 mars 1734 à Caumont.

(20). Voir sur cette tradition de pensée : A. Mothu, « La pensée en cornue. Considérations sur le matérialisme et la “chymie” à la fin de l’âge classique », Chrysopoeia, IV (1990), p. 307-445.

(21). Voir les observations de F. Moureau, dans De bonne main, p. 161 sq.

(22). Cf. PhM190v : « Il y a beaucoup d’adresse et une simplicité apparente dans ces objections très dangereuses : il paroit défendre notre créance, mais ses défenses sont foibles et les objections frappent : cela finit par l’histoire des abeilles, laquelle attaque l’opinion de l’immortalité de nos âmes, sans laquelle il n’y a plus de religion chrétienne » (cf. Tyssot de Patot, Voyages et avantures de Jaques Massé, éd. A. Rosenberg, Oxford, The Voltaire Foundation, 1993, p.189-192).

(23). Sentimens, l. 603 (« ajoute notre philosophe ») ; cf. Tell., 112 (« ajouta notre philosophe ») ; 196 (« ajouta notre philosophe ») ; cf. aussi p. 58, 86, 109, etc.

(24). Sentimens, l. 476 ; cf.Maillet à Caumont, 3 mars 1734 (à propos du traité sur la nature de l’âme) : « […] une matière bien essentielle, sur laquelle personne que je croie n’a médité plus souvent et plus longtemps que j’ai fait ».

(25). Tell. 9774, f. 226v.

(26). P. Vernière, Spinoza et la pensée française avant la Révolution, Paris, 1954, p. 345.

(27). Ibid., p. 346.


(1). ALT : étoit périssable // N : périssoit

(2). AL : pour soutenir chacun son opinion // N : à soutenir leur opinion

(3). ALT : y // N : om.

(4). AT : et distribuer // LN : et qu’il fit distribuer

(5). AN : preuves // L : preuve // N : om.

(6). LN : de même nature // AT : de même nature que celle des animaux

(7). LN : en elle // AT : en lui

(8). AT : mon corps // LN : un corps

(9). N : n'en apportent // A : n'en emporte // LT : n'en emportent

(10). ALT : sçait le [L : ce] // N : connoît le

(11). LN : un juste culte // AT : de justes cultes

(12). AT : de son corps // LN : du corps

(13). le seul // N add. (note de bas de page) : Voyez Ovide Métamorphos. Lib. I. Fab. 2. vers 51. et. Cicéron de Nat. Deor. Lib. 2. cap. 56.

(14). AT : le créateur // LN : ce créateur // M : son créateur

(15). A : des bons et // LN : om. // T : om. puisque la plupart — et de prospérités // M : texte remanié

(16). AL : cette autre vie // T : cette vie // N : cette vie future

(17). ALT : On joint à ceci // N : On cite de plus

(18). ALT : soins qui sont des // N : l’on y trouve des

(19). LN : le grand Dieu // AT : le Dieu // [Cf. Fontenelle, Hist. Or., p. 13]

(20). ALT : nous sont // N : sont encore

(21). ALT : ce tems // N : nous

(22). AL : en // N : dans // T : om.

(23). AL : lesquels // N : qui // T : om.

(24). AL : en // N : à // T : om.

(25). AL : du Chaffay // N : de Chaffay

(26). AL : du Chaffay // N : de Chaffay

(27). AL : qui fut // N : om. // T : om. passage

(28). ALT : en tous // N : dans tous

(29). AT : en Alexandrie // LN : à Alexandrie //

(30). ALT : un aveuglé-né // N add. note de bas de page : Vid, Tacit. Hist. Lib. 4. cap. 81.

(31). ALT : flétri // N : pourri

(32). ALT : ce qui est avancé // N : ce qu’on avance

(33). [conj.] de l’adresse et de la malice // AT : de l’adresse et de l’avarice // LN : de l’avarice et de l’adresse

(34). ALT : autres animaux // N : brutes

(35). AL : d’entre eux // NT : om.

(36). ALT : Et // N : om.

(37). ALT : dans l’homme // N transp. à la ligne 356, après sont l’effet, quel est

(38). LN : dans les organes // A : qui sont les organes // T : des organes [fort.]

(39). LN : entre // A : contre // T : dans

(40). LN : elle // AT : il

(41). ALT : d’autant mieux // N : d’une manière plus convaincante

(42). AN : d’autant de tems // T : de plus de tems // L : de tems

(43). ALT : d’elle // N : de sa présence

(44). AT : en lui // LN : en l’homme

(45). ALT : produite // N : résultante

(46). ALT : sur les rapports // N : des rapports // [Cf. Tell. 223 : « juger sur ces recherches »]

(47). AL : ou autre // N : ou par une autre // T : ?

(48). ALT : comme // N : om. // [Texte corrompu, ou lacunaire ?]

(49). ALT : lumière, enfin, qui n’a // N : cette lumière, enfin, n’a

(50). AL : la matière // N : le sujet // T : om. passage

(51). ALT : qui sont // N : ou qui sont

(52). ALT : qu’il y a de — et de la cire // N : comme on voit dans — et la cire

(53). ALT : de différentes // N : pourvus de différentes

(54). ALT : là-dessus // N : om.

(55). ALT : espèce // N : couleur

(56). ALT : fortifiant // N : modifiant

(57). AL : de ce tems // N : anciens // T : om.

(58). ALT : et s’explique // N : elle s’explique

(59). LN : dans ce système // AT : om.

(60). N [conj.] : ou les — employées // ALT : ou partie [L : parties] de cette portion qui aura servi à animer un corps humain pourra servir à animer celui d’une autre espèce : et pareillement celle [L : celles] dont les corps d’autres animaux auront été animés, et celle qui aura fait pousser un arbre, ou une plante pourra être employée

(61). ALT : et il prétend // N : il prétend

(62). ALT : aux particulières // N : om.

(63). N [conj.] : les faisoient-ils // ALT : ils les faisoient

(64). NT : s’abstiennent-ils // AL : s’abstiennent

(65). ALT : à la générale // N : à l’âme générale

(66). ALT : et est // N : et il est

(67). ALT : ou // N : ou la

(68). ALT : au général // N : à l’esprit général

(69). ALT : celui de // N : om.

(70). [conj.] marquetés // ALNT : marqués // [Cf. Tell. 252 : « les oiseaux les plus rares et les plus singulièrement marquetés »]

(71). AT : celui de // LN : om.

(72). ALT : en comparaison d’un cerf // N : qu’un cerf

(73). ALT : et qu’il est // N : qu’il est

(74). ALT : de son âme // N : de l’âme

(75). ALT : lesquels // N : qui

(76). ALT : à la certitude de leur // N : à leur

(77). ALT : qui ne seroit pas // N : non

(78). N : qu’ils auroient exercé // L : qui auroient exercé // AT : qui en auroient manqué

(79). ALMT : les roues // N : de là les roues

(80). A : que l’on voit // LN : qu’on le voit // T lac.

(81). AL : en une // N : dans une // T lac.

(82). LN : méchans // A : mauvais // T lac.

(83). AL : pour les uns et pour les autres // N : om. // T lac.

(84). AL : ces peintures du bien et du mal // N : ces fables et peintures // T lac.

(85). AL : de crainte, d’espérance // N : de craintes, d’espérances // T lac.

(86). AL : en approchent davantage // N : la voient approcher // T lac.

(87). AL : ces hommes — rude loi // N : rigides observateurs d’une loi très rude // T lac.

(88). AL : de leur — ou de leur // N : pour leur — ou leur // T lac.

(89). ALM : ou par — ou par // N : soit par — soit par // T lac.

(90). A*MN [conj.] : honneurs // AL : hommes // T lac.

(91). AL : même de la vie // M : de la vie même // N : de la vie // T lac.

(92). AL : qu’un bien // N : un bien // T lac.

(93). AL : et // N : om. // T lac.

(94). LN : récompenses // A : punitions // T lac.

(95). AL : de leurs pareils // MN : om. // T lac.

(96). ALT : est // N : soit

(97). ALT : de // N : om.

(98). AL : pour eux // T : pour elles // N : om.

(99). ALT : reconnoissance de l’expiateur et de ses // N : foi dans l’expiateur et ses

(100). ALT : et pour // N : et qu’un

(101). ALT : pour l’accomplissement de la loi // N : om.

(102). ALT : dans une autre — biens ineffables // N : dans l’autre vie et pour mériter des biens ineffables, doivent rassurer les méchans

(103). ALT : avec tant de risque pour eux // N : om.

(104). ALT : les doit au contraire // N : doivent au contraire les

(105). ALT : un parti — leur épargner // N : un système si favorable pour eux et d’après lequel il en coûte si peu pour se rendre éternellement heureux et s’épargner

(106). AT : non concevable // LN : inconcevable

(107). philosophe // N add. (note de bas de page) : Senec. Epist. 102. sub init. Il y a dans le texte : « juvabat de aeternitate animarum quaerere, imo mehercule credere. Credebam enim facile opinionibus magnorum virorum, rem gratissimam promittentium magis quam probantium » Note de l’éditeur.

(108). ALT : et // N : om.

(109). ALT : Ils // N : Enfin ils

(110). ALT : en faveur de // N : qui favorise

(111). [Houtteville, La Rel. chrét. prouvée par les faits, 1722, p. 00 :] de Tmuis // N : de Muis // T : Tmuis // A : Tenuis // L : Muis

(112). AT : la vérité de // LN : om.

(113). chrétienne // LN add. (note de bas de page) : 70


(1). La traduction allemande des Histoires tragiques, due à Martin Zeiler (Theatrum tragicum, wahrhaftige, traurig-kläglich, und wunderliche oder Geschichten, die, wegen allerhand Lastern, und andern selzamen Zufällen...) qui a connu plusieurs éditions à partir de 1624, s'appuie sur l'édition parisienne de 1619 et comporte un chapitre intitulé : « Doctoris Jul. Cæs. Vannini, sonsten Luciolus genandt, erschröcklicher gottloser Lehr, abscheulichen, gottslästerlichen Reden, und von seinem unsinnigen Ende ».

(2). A. Baudoin, « Histoire critique de Jules-César Vanini dit Lucilio », Revue des Pyrénées, 1903, p. 377.

(3). F. Lachêvre, Mélanges, Paris, 1920 (Genève, Slatkine, 1968), p. 200-202.

(4). E. Namer, Documents sur la vie de Jules-César Vanini de Taurisano, Bari, Adriatica Ed., p. 141-143.


(1). Titre en haut de page : « Histoire de L'execrable Vanini, autrement nommé Luciolo, bruslé tout vif à Tholoze par Arrest de la Cour de Parlement ».

(2). « que l'on voye ».

(3). « en ce siecle ».

(4). « , que nous voyons ».

(5). « et crié »

(6). « L'equitable Senat de Tholoze ».

(7). « mesme ville ».

(8). « contre un Athée, ce Quaresme dernier ».

(9). « Aux campagnes voisines de la ville de Naples, est un grand bourg nommé Pietrosanto, où une famille que l'on appelle des Vaninis fait sa demeure ».

(10). « , une peste execrable, degenerant de ses ancestres, est depuis peu sorty de ceste race, ».

(11). « qui a veu mourir sur un infame Theatre l'Impieté mesme ».

(12). « judiciaire ».

(13). « Et pour ce sujet ».

(14). « de ce monstre d'enfer ».

(15). « des Chrestiens ».

(16). « Neantmoins apres estre descendu des montagnes qui bordent les deux plus puissants royaumes de la Chrestienté, et logeant dans une petite ville proche de Tholouze, ».

(17). « . Il fut d'autant plus induit, que son argent venant à luy manquer, et n'ayant environ que quelques douze escus sur luy, il fit dessein d'y prendre quelque honneste condition ».

(18). « fut point ».

(19). « Car si tost ».

(20). « ayant ouvert l'oreille à ceste condition l'accepta ».

(21). Rosset évoque ici son Histoire n° III, consacrée au prêtre Louis Gaufridy accusé de sorcellerie en 1611.

(22). « croyancc ».

(23). « Terlon ».

(24). « poltron ».

(25). « L'equitable Parlement de Tholoze, ayant ».

(26). « Elle déclara Vanini, autrement dit Luciolo ».

(27). « trainé dans une charete au lieu ordinaire des supplices, et »

(28). « ayant premierement demandé pardon à Dieu, au Roy, et à la Iustice, avec une torche au poing ».

(29). « Et pour le Roy, et la Iustice, qu'il ne croyoit point les avoir offensez, mais plustost qu'ils luy estoient obligez, en ce qu'il les avoit tousiours honorez le mieux qu'il avoit peu. En tenant ce discours, ».

(30). « coquin ».

(31). « Finalement ce martyr du Diable eut la langue couppée, et puis ».

(32). « et inoüis ».

(33). « reduite en petit sommaire, attendant que quelque plume delicate, la descrive plus amplement ».

(34). « horribles ».

(35). « , que celuy ».

(36). « prions sa misericorde, qu'il luy plaise ».


(1). À deux reprises, il invoque également l’argument d’autorité : Jean-Claude Margolin aurait été convaincu par sa démonstration (p. 33, n. 79 et p. 42 avec la n. 107).

(2). Il nous l'apprend au cours d'une leçon de méthode : « quand on a la chance de posséder une de ces “anciennes“ éditions du Meyer ou du Brockhaus, et d'y trouver la date de 1597, il faut s'incliner par seul scrupule philologique » (Hat man aber das Glück, eine dieser “alten“ Ausgaben des Meyer oder des Brockhaus zu besitzen und dort auf das Jahr 1597 zu stoßen, legt es einem die philologische Sorgfalt allein schon nahe, dem nachzugeben, p. 19).


(1). On admet qu’une étude sur “curiosité et clandestinité” reste à entreprendre. Mais il est clair déjà que la forme manuscrite fait au XVIIIe siècle (et même avant) l’objet d’un intérêt spécial chez les collectionneurs, et que cet attrait a créé un marché de “manuscrits philosophiques clandestins”, en même temps qu’il a dû enrayer, dans certains cas, leur passage à l’imprimé (manuscrit = rareté = plus haute valeur marchande). Pour le reste, voir F. Moureau, « La plume et le plomb : la communication manuscrite au XVIIIe siècle », dans J. Schlobach (éd.), Correspondances littéraires inédites, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1987, p. 21-30 (reproduit dans idem, De bonne main. La communication manuscrite au XVIIIe siècle, Paris, Universitas, 1993, p. 5-16). F. Moureau met l’accent sur ce fait que « le manuscrit a sa place dans un système où son prix de revient est compétitif par rapport à un imprimé surcoté ».

(2). M. Benítez et M. Sankey, entre autres, ont souvent insisté sur ce point. Voir aussi ce que R. Mandrou écrivait à propos de « La transmission de l’hérésie à l’époque moderne » dans Hérésies et sociétés dans l’Europe pré-industrielle, 11e-18e siècles, Paris-La Haye, Mouton, 1968, p. 281 sq.

(3). C’est ce qu’Ann Thomson suggérait déjà en 1980 lors de la Table ronde sur la littérature clandestine : « Qu’est-ce qu’un manuscrit clandestins ? », dans O. Bloch (éd.), Le Matérialisme du XVIIIe siècle et la littérature clandestine, Paris, Vrin, 1982, p. 13-16.

(4). Ceci au nom d’une sceptique chrétienne douteusement interprétée. Si l’expression se justifie pour Le Vayer c’est bien dans le sens que lui reconnaît J. Beaude : loin que le christianisme et l’existence de Dieu échappent pour Le Vayer à l’époché, et que le scepticisme conduise à la foi, la “sceptique chrétienne” traduit une pure adhésion de la volonté à la tradition (« Le dialogue d’Orasius Tubero sur le sujet de la divinité », Recherches sur le XVIIe siècle, 1, Paris, éd. du C.N.R.S., 1976, p. 50-62, spéc. p. 60-61).

(5). « Ces dialogues façonnez à l’antique », écrit La Mothe le Vayer dans sa Lettre de l’Autheur mise en tête des Quatre Dialogues, sont « plus propres à demeurer dans l’obscurité d’un cabinet amy, qu’à souffrir l’éclat et le plein jour d’une publique lumière » (Dialogues faits à l’imitation des Anciens, rééd. Corpus des OEuvres de philosophie en langue française, Paris, Fayard, 1988, p. 12). Dans ses Peintures morales (Avignon, Berthier, 1640, I, p. 339-340), Pierre Le Moyne évoquera ces « Dialogues Sceptiques, qui n’osoient se nommer, ny aller de iour ; qui ne se monstroient que dans l’obscurité, et en lieu de confidence ; qui apprenoient à douter des choses les plus infaillibles [...] ». Le Lantiniana, que nous citons plus bas (n. 14), confirme que Le Vayer « avoit fait imprimer cinq [dialogues] dont il n’avoit tirer des exemplaires que pour ses amis ». Descartes, dans les témoignages que nous reproduisons, est plus précis, puisqu’il avance successivement les chiffres de 35 et 30 exemplaires, mais sans qu’on sache vraiment s’il parle des Quatre dialogues, des Cinq dialogues, ou d’autre chose... Quoiqu’il en soit, la disparition presque complète des deux premières éditions des Dialogues (1630/1631 et c. 1633) atteste une diffusion extrêmement restreinte.

(6). « Sur les débuts clandestins de La Mothe le Vayer : la publication des Dialogues d’Orasius Tubero », dans La Mothe le Vayer - Gassendi - Guy Patin. Études de bibliographie et de critique suivies de textes inédits de Guy Patin, Paris, Boivin, 1943, p. 5-17. Voir en outre « Descartes et Gassendi », dans [R. Bayer éd.], Travaux du IXe Congrès international de philosophie. Congrès Descartes, II : Études cartésiennes, IIe partie, Paris, Hermann et Cie, 1937, p. 115-122, ici p. 120-121 ; Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Paris, Boivin, 1943, rééd. Genève-Paris, Slatkine, 1983, p. 205 et 607 [p. 205 n. 3] ; enfin l’édition de la Correspondance du P. Marin Mersenne, religieux minime, commencée par M. Paul Tannery, publiée et annotée par Cornelis de Waard [avec la collab. de R. Pintard], III, 1631-1633, Paris, Beauchesne, 1945, rééd. Éd. du C.N.R.S., 1969, p. 28-29. Voir en outre l’article déjà cité de J. Beaude : « Le dialogue d’Orasius Tubero sur le sujet de la divinité »

(7). A. Baillet, La Vie de Monsieur Des-Cartes, Paris, t. I, 1691, p. 153 et 170-171.

(8). Sur cette doctrine, voir G. Rodis-Lewis, L’OEuvre de Descartes, Paris, Vrin, 1971, chap. III, 5, p. 125-133, avec les références bibliographiques données en notes, p. 486-491.

(9). Dans les citations qui suivent, nous suivons, sauf corrections justifiées, l’édition Adam-Tannery (= A.T.) en modernisant l’orthographe.

(10). Cette dernière proposition est ommise dans A.T. Nous corrigeons d’après l’édition Alquié (Garnier).

(11). Une note sur le manuscrit de l’Institut la date du 10 mai ; Adam et Tannery avancent cette date au lundi 6 mai (jour du courrier), date acceptée par les éditeurs de la Correspondance de Mersenne.

(12). Et encore, curieusement, F. Alquié, dans son édition de 1963 (Paris, Garnier).

(13). En 1630, précisément, Mersenne avait chargé La Mothe le Vayer de la révision et de l’édition de la réfutation de Fludd par Gassendi : voir sa lettre du 26 avril 1630 à Nicolas de Baugy dans Correspondance du P. Marin Mersenne, II (1628-1630), Paris, Beauchesne, 1936, p. 446, l. 222 sq., et Lenoble, Mersenne ou la naissance du mécanisme, Paris, Vrin, 1971, p. XVIII et 28 ; p. 193-195 et passim sur leur amitié. Naturellement, si Le Vayer est la source d’informations de Mersenne, ce qui n’est pas certain (ils avaient aussi beaucoup de relations communes, à commencer par Gassendi), rien ne nous dit qu’il se présenta à lui comme l’auteur des Dialogues.

(14). R. Pintard, La Mothe le Vayer - Gassendi - Guy Patin, op. cit., p. 8 ; H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701), Genèvre, Droz, 1969, I, p. 179.

(15). Voir Le Libertinage érudit..., op. cit., p. 607 (ad p. 205 n. 3).

(16). François Luillier adresse les « Quattre Discours » à Peiresc le 23 mars 1630 ; peu de temps après, le 14 avril [1630], Jacques Camus de Pontcarré remerciera Pierre Dupuy de l’envoi des mêmes quatre « dialogues » (cf. Pintard, La Mothe le Vayer - Gassendi - Guy Patin, op. cit., p. 9, avec les réf. ad loc.).

(17). Cette première édition est attestée par une déduction raisonnable de R. Pintard, dont nous allons parler, et par ce témoignage du Lantiniana : « Monsieur de La Mothe le Vayer, dont on voit des dialogues imprimez sous le nom d’Horatius Tubero, et dans un petit livre intitulé Exhameron, en avoit fait imprimer cinq dont il n’avoit tirer des exemplaires que pour ses amis, et in-4°, dont l’un estoit de la divinité, et un autre du mariage [...] Monsieur de Fremont avoit un exemplaire de ces dialogues qu’il me communiqua »(B.N., ms. fr. 23253, fol. 78r ; R. Pintard, ibid., p. 10). Ce témoignage ne peut concerner l’édition connue des environs de 1633 (à peine moins rare que la précédente), où les neuf dialogues sont indissociables (Quatre dialogue et Cinq autres dialogues du même auteur, imprimés ensemble avec une liste d’Errata commune).

(18). Voir R. Pintard, La Mothe le Vayer - Gassendi - Guy Patin, op. cit., p. 13. On tenait auparavant cette édition plus complète pour l’originale ; R. Pintard prouve qu’en fait, Le Vayer n’a pas élagué et adouci son texte, mais l’a augmenté et radicalisé. Pour ce qui est de la date, il remarque que l’ouvrage cité le plus récemment paru est La Briève description du voyage de la Nouvelle France, dont le privilège est daté du 15 novembre 1632. Une parution en 1633 est donc plausible ; mais on peut se demander si l’écart de deux ans entre les éditions de “1604” et “1606” n’est pas significatif.

(19). « A Mons, chez Paul de la Fleche, M.D.C.LXXI ». Quoique portant le titre Cinq dialogues..., il s’agit d’une édition mixte comportant les Quatre dialogues, auxquels est ajouté seulement le traité sur la divinité. Deux éditions de 1673 (l’une à la même adresse, la seconde à Liège, « chez Grégoire Rousselin »), seront tirées de la précédente.

(20). R. Pintard, La Mothe le Vayer - Gassendi - Guy Patin, op. cit., p. 14.

(21). R. Pintard, ibid.

(22). Voir Lenoble, Mersenne..., op. cit., p. 36-38.

(23). Le sujet de la phrase finale de la lettre où Descartes accuse réception du livre (Paris B.N., n.a.fr. 5160 fol. 46-47) est repris dans une autre d’octobre ou novembre 1631. Les arguments en faveur de janvier (cf. Corr. Mersenne, III, op. cit., p. 20-21 : 1. Descartes a enfin reçu l’ouvrage du P. Gibieuf, qu’il réclamait dès juin 1630 ; 2. Il y est question du « méchant livre »), peuvent paraître assez faibles, vue la durée du voyage de Mersenne. Mais quand parurent exactement les Cinq dialogues ? Les emprunts à la Relation de Cochinchine du P. Christofle Borri assoient de manière assez fiable la date de 1631 (à moins que Le Vayer disposât plus tôt de cette relation). Les « temps de pestilence » évoqués dans De l’opiniastreté autorisent sans doute une plus grande précision : allusion probable, en effet, mais non certaine, à l’épidémie de 1631 dont Le Vayer fut apparemment atteint (Gassendi, dans une lettre à Gaultier du 9 juillet 1631, relate une grave maladie dont Le Vayer vient de se rétablir). R. Pintard allègue une lettre de Balzac à Le Vayer du 6 septembre 1631, où le premier semble ignorer qu’Orasius Tubero a livré de nouveaux dialogues (La Mothe le Vayer - Gassendi - Guy Patin, op. cit., p. 24). Mais était-il vraiment sensé le savoir, et son témoignage sur Orasius Tubero exlut-il vraiment les Cinq dialogues ? En fait, La Mothe le Vayer a fort bien pu les publier dans le courant de l’été. Cependant il n’y a pas de difficulté majeure à supposer que les délais de publication des « trente » exemplaires furent très rapides et que Descartes reçut en octobre un ouvrage paru le mois précédent.

(24). Pour mémoire : De la philosophie sceptique ; Le Banquet sceptique ; De la vie privée ; Des rares et éminentes qualitez des asnes de ce temps. Les deux derniers, ainsi que R. Pintard le reconnaît lui-même, sont des « dissertations lentes et assez vaines, lourdes facéties d’humaniste, c’est bien par là que Le Vayer a dû commencer » (La Mothe le Vayer - Gassendi - Guy Patin, op. cit., p. 16). Pour autant, ce critique ne s’étonnait pas de la sélection : « Il est clair que les éditeurs de 1671 et de 1673, ne voulant donner qu’un choix des dialogues les plus intéressants, joignirent aux quatre premiers le plus suggestif du second volume, dont ils ont d’ailleurs altéré le titre... » (ibid., p. 8).

(25). J. Beaude notait que les deux titres du dialogue sont pertinents (art. cit., p. 54-55). Le Lantiniana cité plus haut confirme cependant que le texte paru dans la première édition perdue des Cinq dialogues s’intitulait de la divinité.

(26). E. Tisserand (éd.), La Mothe le Vayer, Deux dialogues, sur la divinité et l’opiniatreté, Paris, Bossard, 1922, Introd., p. 20). Un manuscrit des Quatre dialogues est conservé au Musée Condé à Chantilly, dont R. Pintard n’a pas su déterminer s’il était antérieur ou non à l’édition (La Mothe le Vayer - Gassendi - Guy Patin, op. cit., p. 15-16).

(27). Il parle de « blasphème » dans sa lettre du 6 mai : « Si les hommes entendaient bien le sens de leur parole, ils ne pourraient jamais dire sans blasphème que la vérité de quelque chose précède la connaissance que Dieu en a, car en Dieu, ce n’est qu’un de vouloir et de connaître ». Descartes ne visait sans doute pas la tradition thomiste, teintée de néoplatonisme, qui considérait les vérités éternelles comme parties et objets de contemplation de l’entendement divin (Dieu ne pouvant vouloir qu’elles ne soient telles de toute éternité). Cependant, sa réticence à publier sa doctrine tenait vraisemblablement à la crainte de heurter cette tradition, et en particulier à la crainte d’ébranler la preuve augustinienne de l’existence de Dieu par la présence en nous de vérités immuables et universelles.

(28). On parle beaucoup de son impression dans la première décennie du XVIIe siècle. Notons que celui (mi-XVIIe s.) qui nous est connu, met en concurrence vérités mathématiques et religieuses : Non obstat quod ut cognoscatur, bis duo esse quatuor, omnes mathematicos congregare. Res enim non est eadem, quia nemo est visus, qui dubitaverit an bis duo quatuor sint, cum e contrario religiones nec in fine nec in principiis nec in mediis concordent (éd. Brunet, 1861, p. 32).


(1). op. cit., p. 2074 ; la bibliothèque de Jahn était l’une des rares contenant l’édition rarissime de ce texte (La vie et l’esprit de Mr. Benoit de Spinosa. 1719). Voir le commentaire extensif sur ce texte, op. cit., p. 207493.

(2). op. cit., p.1956 f. ; autre copie du méme texte p. 1958. Jahn possédait aussi une traduction allemande du De imposturis religionum : Ein kurzer Entwurf von denen Betrügereien in allen Religionen [...] nebst Nachrichten von dem Buch de tribus Impostoribus, 111 feuilles, p. 1957f. Cette traduction est apparemment différente de la version allemande découverte par Miguel Benitez : Extract aus einer von Euander übersetzten und mit Anmerkungen herausgegebenen Handschrift unter dem Titul Von den Betrügereyen der Religionen. Berlin 1761 (Wroclaw, Bibl. Univ., MIL IV. 204).

(3). Mutiani de Bath, Equitis Scoti, de vera[e] Religionis inventione et forma libri VI. 324 p., in8 , op. cit., p.1819 sq.

(4). Cymbalum Mundi seu Symbolum Sapientiae. Eleutheropoli 1678. 302 p. in8, op. cit., p.1807 sq. Cf. aussi p.1808f. sur la traduction du Symbolum : Der Wahlspruch der Weisheit, d. i. die gründliche Lehre von der Religion, von Gott und von der insgemein so genannten heil. Schrift, so wol dem gemeinen, als dem Judischen, Christlichen und Türckischen Aberglauben entgegen gesetzet [...] Nach der andern Auflage. Freystadt 1748. 8 . 995 p. (!).

(5). op. cit., p.1973f. Cf. aussi les traductions des deux textes, p.1975 : Theodor Ludwig Laws Philosophische Gedancken von Gott, der Welt und dem Menschen. 101 feuilles in8, et p. 1976 sq. : Theodor Ludwig Laws Theologische Gedancken, Sätze und Zweiffel. 8°, 123 feuilles in8°.


(1). Je les désignerai ici par A et B : A pour le manuscrit des Archives Nationales, B pour le manuscrit de la Bibliothèque Nationale.

(2). La page de titre (f° 299) porte en haut à gauche la mention suivante, de la main du scripteur : Autor huius exercitationis / est de la Peyrere

(3). Voir à ce sujet notre note parue dans La Lettre clandestine n° 3.

(4). Qu’est-ce que cette irruption du péché dans le monde, sinon l’imputation du péché, qui depuis Adam a enveloppé le monde dans la condamnation à la mort, par suite du péché d’Adam?

(5). Traité Confirmatif des preadamites. Dissertation philosophique sur les préadamites (Archives Nationales, L 10 n° 1). Il s’agit d’un manuscrit très certainement autographe de Lapeyrère, non daté, rédigé en français, qui est un commentaire sur les versets 12, 13, et 14 du chapitre V de l’Épître aux Romains, très proche de l’Exercitatio, c’est-à-dire la première partie de l’ouvrage de Lapeyrère publié en 1655.

(6). Traité confirmatif, f° 6 verso.

(7). Peut-être tirée de Virgile, que Lapeyrère cite souvent ?

(8). De mars 1644 à septembre 1646, Lapeyrère accompagne au Danemark et en Suède l’ambassadeur La Thuillerie chargé par Mazarin de négocier la paix entre la Suède et le Danemark.

(9). Ce que le copiste de A précise d’ailleurs explicitement : Ego Jacobus Le Breton transcripsi hoc opus an. 1644, ex manuscripto quodam mihi communicato.

(10). Fils du marquis d’Argenson et fondateur de la Bibliothèque de l’Arsenal.

(11). Ce qui est d’ailleurs surprenant, puisque le manuscrit comporte 10 feuillets recto-verso, et la dernière page devrait porter le numéro 20.

(12). 12. Au f° 144 de ce même recueil, portant la cote : portef. LIX n° 36, se trouve une copie, en latin, de la rétractation de Lapeyrère prononcée à Rome en 1657 : Isaaci peyrerii retractatio 1657.
Ces deux pièces figurent, aux mêmes cotes (portef. LIX n° 36 et 51), dans l’inventaire de l’Arsenal. Or, curieusement, celui-ci précise dans la marge, pour chacune de ces pièces : manque. Il ne fait pourtant aucun doute qu’il s’agit des pièces qui se trouvent dans le recueil Moreau 845 à la Bibliothèque Nationale.

(13). Saumaise est mort le 3 septembre 1653.

(14). « […] je fis voir le dessein de mes Préadamites à Monsieur Saumaise, durant que ce n’était encore que rudis indigestaque moles » (Lettre à Philibert de La Mare du 9 septembre 1661, Oddos, op.cit., p.287).
Dans sa Vie de Saumaise, restée manuscrite, Philibert de La Mare écrit ceci : « Exercitationis illius super D. Pauli epistolam ad Romanos, ex qua primos homines ante Adamum fuisse conditos elicere conatur, Salmasio copiam fecerat Peyrerius » (Chardon de la Rochette, Mélanges de critique et de philologie, Paris, 1812, t. III, p. 307-308).

(15). Saumaise se trouvait alors en France, avant de retourner à Leyde à la fin de l’année 1643.

(16). HAAG, article « Saumaise ». debut


(1). Ces éditions sont étudiées en détail par A. Fairbairn et B.E. Schwarzbach, " The Examen de la religion: A bibliographical note ", Studies on Voltaire, vol. 249, 1987, p. 91-145.

(2). Voir A. Thomson et F. Weil, " Manuscrits et éditions de l'Examen de la religion ", dans O. Bloch (éd.), Le Matérialisme du XVIIIe siècle et la littérature clandestine, Paris, Vrin, 1982, p. 177-185.

(3). M.Couperus, Un Périodique français en Hollande, " Le Glaneur historique ", 1731-33, La Haye et Paris, Mouton, 1971, p. 66-7.

(4). Pour la vie d'Edelmann, voir Walter Grossmann, Johann Christian Edelmann. From Orthodoxy to Enlightenment, La Haye et Paris, Mouton, 1976.

(5). Reproduit dans J. Chr. Edelmann, Sämtliche Schriften in Einzelausgaben, éd. Walter Grossmann, Bd. X, Stuttgart, 1974.

(6). Gianluca Mori, " Per l'attribuzione a Du Marsais dell'"Examen de la religion ", Atti e Memorie dell'Accademia Toscana di Scienze e Lettere La Colombaria, LVIII, Florence, 1993, p. 285.

(7). Voir l'article déjà cité de Fairbairn et Schwarzbach, p. 105-6.

(8). Il y a bien à la Bibliothèque Méjanes un manuscrit de L'idée d'un philosophe de Samuel Werenfels, dont A.Fairbairn a montré les liens avec Le philosophe (" L'idée d'un philosophe, le texte et son auteur " dans A. McKenna et A. Mothu, éd., La Philosophie clandestine à l'Age classique, Actes du colloque de Saint-Etienne 1993, Paris, Universitas / Oxford, The Voltaire Foundation, à paraître), mais rien ne permet de penser qu'il s'agirait de ce texte.


(1). Sur une 1ère page, le même copiste ébauchait une liste des Noms des Gazettes publiques sur lesquelles les faiseurs de Nouvelles a la Main composoient en partie leurs Gazettes, leurs feuilles de nouvelles et leurs libelles a la main qu'ils debitoient dans le public. Depuis l'année 1660 jusqu'à 1675. Seul septembre 1663 était étudié : " La Gazette d'Angleterre // La Gazette d'Hollande // La Gazette de Bruxelles // La Gazette de Lorette-La Gazette Burlesque (ces deux je crois, étoient la même) // La Gazette de Flandres // Ils tiroient encore d'une source qu'on appeloit La Gazette du Palais. C'étoit des feüilles manuscriptes journalieres des nouvelles qui se débitoient au Palais qui étoit alors le rendés vous de tous les Nouvelistes et Babillards de Paris ". Le copiste ajoute : " pour continuer ce travail, il faut reprendre à l'année 1667 ".

(2). Livres saisis à Paris entre 1678 et 1701, La Haye, M. Nijhoff, 1972, d'après le ms. de la B.N., fr. 21743.

(3). Qui voudra approfondir les recherches sur tel ou tel ouvrage pourra se reporter aux archives de la Bastille et au manuscrit N.a.fr. 1891 de la Bibliothèque Nationale de France (Microfim 1948) : " Personnes qui ont été détenues à la Bastille depuis l'année 1660 jusques et compris l'année 1754 " (principalement pour composition, impression ou distribution de livres défendus et de libelles) . Beaucoup de choses sont à glaner dans ce document, l'auteur devant disposer d'informations désormais perdues. Voir aussi F. Funck-Brentano, Les Lettres de cachet à Paris. Étude suivie d'une liste des prisonniers de la Bastille (1659-1789), Paris, Impr. Nationale, 1903. Pour un éclairage sur le contexte politique : H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701), Genève, Droz, 1969, IIIe partie, 2e section : " La réaction royale (1661-1702), spéc. p. 662-666.

(4). Les Entretiens des voyageurs de la mer, " Cologne, Pierre Marteau ", 1683, rééd. La Haye, Isaac van der Kloot, 1740, Epitre dédicatoire " A Messieurs les commis de Sa Majesté pour la visite des livres défendus ", p. 5 et 12. Voir aussi p. 12-14 : " vous souffrez plus volontiers les Athées que les Hérétiques [...]. Il ne faut pas que vos Partisans alleguent pour vous excuser, que vous faites des poursuites contre tous les Livres qui offensent la Divinité & les bonnes Moeurs. Il est vrai que si par hazard il vous en tombe quelqu'un entre les mains, vous le supprimez ; mais on ne voit pas que vous vous mettiez fort en peine de rechercher ceux qui peuvent vendre ou acheter ces sortes de Livres. On ne voit personne à Paris qui s'embarrasse pour avoir chez soi le Livre de Spinoza, la Critique du Pere Simon, ou quelque autre Ouvrage encore plus abominable. Mais d'avoir la Politique du Clergé, les Derniers Efforts de l'Innocence affligée, ou les Lettres sinceres d'un gentilhomme François, voilà le plus grand de tous les crimes, & malheur à celui qui se trouvera saisi de quelqu'un de ces Livres [...] ".

(5). Sur L'Escole des filles, voir F. Lachèvre, Les OEuvres libertines de Claude le Petit, parisien brûlé le 1er septembre 1662, s.l., 1918, p. XVIII-XX et 191, mais surtout : " L'Escole des filles " dans Mélanges, Paris, Champion, 1920, p. 82-126, et " Scarron et le procès de L'Escole des filles (12 juin-7 août 1655) ", dans Un point obscur de la vie de Scarron. Scarron et sa gazette burlesque (14 janvier-22 juin 1655), Paris, L. Giraud-Badin, 1929, p. 11-25. Dans ce dernier ouvrage, Lachèvre adopte une sugestion de Pierre Louys selon laquelle Scarron et sa femme (ainsi que la veuve Faret) furent à l'origine du roman. Michel Millot l'aîné, considéré auparavant comme l'auteur, n'aurait été en fait qu'un exécutant. Claude Le Petit, qui sera brûlé en Grève en 1662 pour Le Bordel des Muses et d'autres écrits de la même veine, est quant à lui l'auteur du madrigal adressé à " M. Militot " placé dans les feuillets préliminaires de L'Escole des filles (Autheur foutu d'un foutu livre...). Le frontispice avait été gravé par François Chauveau. Le manuscrit original avait été saisi le 12 juin 1655 au domicile de Jean L'Ange, gentilhomme du roi.

(6). J. Gay, dans sa Bibliographie des ouvrages relatifs à l'amour, aux femmes et au mariage... (4e éd. revue par J. Lemmonyer, t. II, 1899, p. 61), donne pour titre complet : L'Escole des filles ou la philosophie des dames, leur indiquant le secret pour se faire aimer des hommes, quand même elles ne seraient pas belles, et le plus sûr moyen d'avoir du plaisir tout le temps de leur vie, en deux dialogues par A.D.P. On ignore sur quoi Gay se fonde. Sur cette première édition, son interdiction, l'auteur et les différentes éditions de L'Escole des filles, on se reportera aux Mélanges de F. Lachèvre (op. cit., avec la Biblio. p. 124-126).

(7). D'après Félix Sébastien Feuillet de Conches, Causeries d'un curieux. Variétés d'histoire et d'art, Paris, Plon, 1862, II, p. 544-545.

(8). Les listes publiées par A. Sauvy révèlent que des exemplaires de l'ouvrage furent saisis en mars 1686 sur le " sieur Bridon dit la Colongne " (2 exemplaires in-12, cf. Sauvy n° 299) et en septembre 1700 sur " Mr. Delafougere, un pacquet en tapisserie, venu de Rouen pr un fourgon de la messagerie " (94 exemplaires en feuille d'une édition " A Fribourg, chez Roger Bontemps ", cf. Sauvy n° 844). Colbert parvint à faire interdire l'ouvrage " avec et sans figures " et plusieurs autres dans les Provinces Unies, en mars 1669 (cf. H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société..., op. cit., p. 666, n. 23 ; A. Sauvy, p. 430 et passim ; cf. Ravaisson VII, 204-209). On trouva aussi un exemplaire de L'Escole des filles dans la chambre des filles de la Dauphine en novembre 1687 (Lachèvre, Mélanges, op. cit., p. 87, n. 1). Notons qu'outre les édition mentionnées, L'Escole des filles fit l'objet de plusieurs autres impressions en 1671, 1672 et 1686.

(9). " du tems " a été raturé dans la liste, peut-être par le copiste de 1718, qui connaissait l'ouvrage sous un autre titre.

(10). Donc trois ans avant que Colbert soit ministre : mais celui-ci n'était pas un néophite en matière de librairie (voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 667). Nous n'avons pas cherché à retrouver l'original de cette lettre, mais la date de 1659 n'est pas douteuse : l'auteur (le gouverneur de la Bastille ? le lieutenant de police ?), se plaignant que sur les " 60 prisonniers qu'il y a, la plus grande partie vit en diables dans les jurements et les blasphèmes sans religion ", évoque trois personnages qui se trouvaient effectivement à la Bastille en 1659 : l'abbé Dorat, conseiller au Parlement et agent du cardinal de Retz, et deux officiers du prince de Condé, Vassade et Barin. Il est dit entre autres choses que " l'abbé de Dorat, lorqu'il perd au jeu, jure et blasphème contre Dieu, N.-S. J.-C., la sainte Vierge et les saints et les saintes, et en dit toutes les impuretés et ordures que l'on peut dire contre les femmes les plus perdues et débauchées, et que toute la cour du paradis n'est qu'un lieu infâme ". Quant à Barin, il " vit en athée, ne va point à la messe, ne parle avec les autres que d'impiétés ; il a fait trois ou quatre fois la procession avec un balai au lieu de croix, un sceau d'eau au lieu d'eau bénite, et a chanté De Profundis et autres prières sur un qui faisait le mort en se moquant de la religion et des cérémonies ".

(11). Archives de la Bastille, t. I, Paris, A. Durand, 1886, p. 8.

(12). Voir sur l'histoire de ce texte l'article d'A. McKenna : " La Censure du symbole des apôtres par M***, Encyclopédiste : la source catholique d'un manuscrit clandestin ", dans G. Barber et C.P. Courtney (éd.), Enlightenment essays in memory of Robert Shackleton, Oxford, The Voltaire Foundation, 1988, p. 163-173 (avec éd. du ms. de la Bibliothèque Mazarine, p. 168-173).

(13). Cf. les registres d'entrée et de sortie de la Bastille et le ms. cité de la B.N.F., N.a.fr. 1891, fol. 127v (précision : " L'interrogatoire est en déficit "). Vautier est déjà mentionné par A. McKenna (art. cit., n. 14).


(1) " Profil littéraire de l'auteur des Examens de la Bible ", à paraître dans A. McKenna et A. Mothu (éd.), La philosophie clandestine à l'âge classique, Oxford et Paris, 1996.

(2) R. Vaillot, Avec Mme du Châtelet, Oxford, 1988, p. 33.

(3). I.O. Wade, The Clandestine Organization and diffusion of philosophic ideas in France from 1700 to 1750, Princeton, 1938, p. 183-185 ; R. Pomeau, La Religion de Voltaire, Paris, 1956, p. 159-184 ; M.-H. Cotoni, L'Exégèse du Nouveau Testament dans la philosophie française du XVIIIe siècle, Oxford, S.V.E.C. vol. 220, 1984, p. 114 sq.

(4). " Les études bibliques à Cirey : l'attribution à Mme du Châtelet des Examens de la Bible et leur typologie ", à paraître dans Cirey dans l'histoire intellectuelle : la réception de Newton en France.

(5). Voir Schwarzbach, " Sur l'attribution de deux textes “clandestins” à Jean Lévesque de Burigny ", R.H.L.F., 85, 1985 / 1, p. 54-59. Voir aussi E. Carayol, Thémiseul de Saint-Hyacinthe, 1684-1746, Oxford, 1984 (S.V.E.C. vol. 221), p. 142-143.

(6). Voir à ce sujet J.S. Spink, La Libre pensée française de Gassendi à Voltaire, trad. P. Meir, Paris, 1966, p. 344. Ce ms. ne comporte pas de page de titre, nous l'avons désigné par l'en-tête de sa première page. Spink prend le titre dans la table qui figure à la fin, " Préface ou Examen critique du livre de l'abbé Houtteville ; aiant pour titre La Religion chrétienne prouvée par les faits de Mr de ... ". Voir G. Mori, " Un frammento del Traité des trois imposteurs di Étienne Guillaume ", Rivista di storia della filosofia, 1993, n° 2, p. 359-376, et " Du Marsais philosophe clandestin : textes et attributions " (à paraître dans les Actes du colloque de Saint-Étienne, op. cit.), où il soutient qu'" un fragment [du traité du curé Guillaume sur les trois imposteurs] nous est parvenu sous le titre de Préface du traité sur la religion de M*** ". Mori a trouvé que l'auteur y parle (p. 32) de " feu [Étienne] Baluze ", mort en 1718 ; si donc le titre qui paraît dans la table des matières est juste, le traité fut publié après 1722 et sans doute peu de temps après.

(7). Voir Schwarzbach et A.W. Fairbairn, " The Examen de la religion. A bibliographical note ", S.V.E.C. vol. 249 (1987), p. 98-99, 103.

(8). Wade, Voltaire and Madame du Châtelet, Princeton, 1941, p. 46-47 et 136-138, qui laissent entendre que Voltaire lisait à Cirey l'Extrait du Testament de Jean Meslier, La Religion chrétienne analysée et les Notes et Preuves, et que Mme du Châtelet les écrivit peut-être elle-même, ou Voltaire pour le second titre cité. Voir aussi Wade, The Intellectual development of Voltaire, Princeton, 1938, p. 520-525.

(9). Voir Mori, " Du Marsais philosophe clandes-tin... ", art. cit., note 48, et La Religion chrétienne analysée par C.F.C.D.T. (Paris, Compagnie des libraires associés, 1767), p. 12. Nous citons autant que possible les éditions les plus accessibles.

(10). Voir R. Pomeau, La Religion de Voltaire, op. cit., p. 164-70, et notre article : " Une légende en quête d'un manuscrit : le Commentaire sur la Bible de Mme du Châtelet ", dans F. Moureau (éd.), De bonne main, Paris, 1993, p. 97-116, spéc. p. 108-109.

(11). Nous citons la pagination du ms. appartenant à un collectionneur da la region parisienne qui sera retenue dans l'édition à paraître dans la série " Libre pensée et littérature clandestine ".

(12). La Lettre de Thrasybule à Leucippe, par exemple, fait une critique religieuse très subtile en ne critiquant la Bible que très brièvement et superficiellement (cf. l'éd. S. Landucci, Accademia Toscana di scienze et letteri, " Studi ", LXXVIII, Florence, 1986, p. 307-317).

(13). Richard Simon, 1638-1712. Étude bio-bibliographique avec des textes inédits, Paris, 1974, p. 170 : " Mais ce qu'il sait ne peut cohabiter avec le système qu'on prétend lui imposer ".

(14). L'Exégèse du Nouveau Testament, op. cit., p. 332.

(15). Histoire critique du vieux testament (1678, Amsterdam, 1685), " Préface de l'auteur ", p. [13] : " Origène et Saint Jérôme [...] ont tâché seulement de la rétablir [la Septante] selon les règles ordinaires de la critique. J'ai suivi l'exemple de ces deux grands hommes, comme il n'a encore rien paru en François sur ce sujet, on ne doit pas trouver étrange que je me sois quelquefois servi de certaines expressions qui ne sont pas tout-à-fait du bel usage. Chaque art a ses termes particuliers, qui lui sont en manière consacrés. C'est en ce sens qu'on trouvera souvent dans cet ouvrage et mot de critique et quelques autres semblables ; dont j'ai été obligé de me servir, afin de m'exprimer dans les termes de l'Art dont je traitois [...] ".

(16). Voir Schwarzbach, " Coincé entre Pluche et Lucrèce : Voltaire et la théologie naturelle ", Transac-tions of the fifth intal Congress on the Enligh-tenment, S.V.E.C. 192, Oxford, 1980, p. 172-184.

(17). A.-C.-F. Houtteville, La Vérité de la religion chrétienne prouvée par les faits, Paris, 1722.

(18). Commentaire littéral sur tous les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament, Paris, 1707-1716, 22 vol.

(19). Voir Schwarzbach, " How to read in the eighteenth century [...] The Bible and ather books ", S.V.E.C. vol. 308, Oxford, 1993, p. 323-348. Évidem-ment, il y avait des apologistes comme Ignace de Laubrussel (Traité de l'abus de critique en matière de religion, Paris, 1710), qui justifiaient la méthode critique partout sauf dans les matières religieuses.

(20). Schwarzbach, " “There is much to be learnt from a cynical devil...”. Critique biblique et religion des philosophes et clandestins au XVIIIe siècle ", à paraître dans la Revue de la Société Ernest Renan.

(21). E. Renan, Histoire du peuple d'Isaraël, 7e éd., Paris, 1887, I, p. XX, et " Les Historiens critiques de Jésus ", Études d'histoire religieuse, 8e éd., Paris, 1895, p. 133-215, où il apparaît clairement que les études intéressantes se faisaient non en France, mais en Allemagne.

(22). F. Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique, XVIe-XIXe siècles, Paris, 1994, chap. VI-X.

(23). Kraus, Geschichte der historisch-kritischen Erforschung des Alten Testaments, Neukirchen-Vluyn, 1982, chap. III-V, où aucun personnage français ne figure, hormis Astruc (p. 96-97) ; Kraeling, The Old Testament since the Reformation, New York, 1955, chap. IV, où encore une fois seul Astruc représente la critique biblique française (p. 55, un seul paragraphe) ; Hahn, The Old Testament in modern research, Philadelphie, 1954 : encore une fois Astruc, qui ne mérite qu'une phrase (p. 4), car Eichhorn a perfectionné ses méthodes - ce qui n'est évidemment pas faux.

(24). J. Astruc, Conjectures sur les mémoires originaux dont il paraît que Moïse s'est servi pour composer le livre de la Genèse, Bruxelles, 1753.

(25). Il existe hélas très peu de bibliographie non néerlandaise portant sur les contributions de cette famille d'orientalistes et celles des autres hébraïsants hollandais comme, par exemple, Campegius Vitringa ; mais voir J. van den Berg, " The Leiden professors of the Schultens family and their contacts with British scholars ", The Durham University journal, LXXV, n° 1 (n.s. XLIV, n° 1, 1982), p. 1-14.

(26). Voir G. Mori, " Per l'attribuzione a Du Marsais dell'Examen de la religion ", Atti e memorie dell'Accademia Toscana di scienze e lettere La Colombaria, vol. LVIII, n.s. XLIV, Firenze, Olschki, 1993, p. 253-333. Mais Mori observe des différences importantes de style, de bibliographie et de philosophie entre l'Anayse, attribuée à Du Marsais par Voltaire et divers éditeurs du XVIIIe siècle, et l'Examen de la religion (voir son " Du Marsais philosophe clandestin ", art. cit.).

(27). En attendant l'éd. critique de G. Mori, nous citons l'Examen de la religion d'après la version en 11 chapitres des trois premières édition (1745, 1747 [?], 1749 [?]), qui comportent le même découpage en chapitres et sections, et la même pagination.

(28). Voir Schwarzbach, " Étienne Fourmont, philo-sophe in disguise ? ", S.V.E.C. vol. 102, Oxford, 1973, p. 65-119, et la thèse de Cécile Leung, The Lan-guage of the “other” : Étienne Fourmont (1683-1745), Chinese, Hebrew and Arabic in the pre-Enlightenment France, University of Chicago, 1995 (non consultée). Dans les manuscrits actuellement à la Bibliothèque nationale et, semble-t-il, dans les cours publics et privés dont ils étaient les ébauches, Fourmont prati-quait une critique biblique des plus radicales, acceptant que les textes canoniques soient en fait des recueils de textes plus anciens de sources diverses.

(29). Lettre à Monseigneur *** sur le Commentaire du père Calmet sur la Genèse, Paris, 1709, p. 18-25.

(30). Nous le citons d'après l'éd. de Londres [Amsterdam], 1769 : Réflexions impartiales sur l'Évangile.

(31). John Mill (éd.), 'H K ... cum lectionibus variantibus, Oxford, 1707.

(32). Cité par R. Simon, Critique de la Bibliothèque des auteurs ecclésiastiques des Prolégomènes de la Bible publiéz par M. Ellies Du-Pin..., Paris, 1730, t. III, p. 192.

(33). Tractatus politico-theologicus, chap. VIII.

(34). Histoire critique du vieux testament (1678, Amsterdam, 1685), I, VII et VIII, et surtout p. 44-45.

(35). Jacques Abadie, Traité de la vérité de la religion chrétienne, Rotterdam, 1684, III, vii, viii.

(36). François Hedelin d'Aubignac, Conjectures académiques, ou Dissertation sur l'Iliade, ouvrage posthume trouvé dans les recherches d'un savant, Paris, 1715, p. 21, 58 sq. et 83 sq., où d'Aubignac caractérise l'Iliade comme un " recueil de chansons [ailleurs : rhapsodies] cousuës, un amas de plusieurs pièces auparavant dispersées et depuis jointes ensemble [...], plusieurs petis poëmes séparément composez par differens auteurs et enfin assemblez par quelque esprit ingénieux [...] " (cité avant sa publication par Ch. Perrault, Parallèle des anciens et des modernes, Paris, 688, t. III, p. 33-37).

(37). Difficultés sur la religion proposées au père Malebranche, éd. crit. par F. Deloffre et M. Menemencioglu, Paris-Oxford, 1983, Cahier 3, Part. I, art. 2, p. 158-161.

(38). Voir Schwarzbach, " Voltaire et ses inversions des “mythes des origines” juives par une haute critique biblique ", dans Ch. Grell et Ch. Michel (éd.), Primitivisme et mythes des origines dans la France des Lumières, 1680-1820, Paris, P.U. Paris-Sorbonne, 1989, p. 135-151.

(39). La " Version de Trévoux " de R. Simon traduit la Vulgate : " Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, le Verbe et le Saint Esprit, et ces trois ne sont qu'une même chose ", tout en détruisant en note l'authenticité du passage. Des traductions modernes, même les plus orthodoxes, adoucissent ou même suppriment la glose : " C'est qu'ils sont trois à rendre témoignage, l'Esprit, l'eau et le sang, et ces trois convergent dans l'unique témoignage " (TOB) ; " Il y en a ainsi trois témoins, l'Esprit, l'eau, le sang. Et ces trois tendent au même but " (Bible de Jérusalem).

(40). Voir Christopher Hill, The World turned upside down. Radical ideas during the English revolution, Londres, 1972.

(41). Dans Philip van Limborch, De veritate religionis christianæ amica commatio cum erudito judeo (Gouda, 1687 ; éd. de Bâle, 1710), p. 238-244. Voir aussi Schwarzbach, " The Sacred genealogy... ", art. cit., p. 307-309.

(42). Schwarzbach, ibid., p. 311-312.

(43). Rotterdam, 1699, VIII. I. i, et Schwarzbach, ibid., p. 312.

(44). Plus tard dans sa carrière, Voltaire entreprendra la lecture de Beausobre et d'Astruc. On aimerait bien savoir quand il entreprit la lecture de Richard Simon, probablement longtemps après avoir quitté Cirey.

(45). Voir l'introduction à la Collection d'anciens évangiles dans l'éd. Besterman et al., Complete Works (Oxford), t. LXIX, p. 3-4, 24.

(46). Voir Schwarzbach, " L'étude de l'hébreu en France au XVIIIe siècle : la grammaire d'Étienne Fourmont ", Revue des études juives, 151, 1992 / 1-2, p. 43-75, et sur Guarin, p. 57-59.

(47). Un sondage des mots dans son Lexicon hebraicum et chaldæo-biblicum [Paris 1746], 2 vol., pour lesquels il y a une racine commune avec l'arabe est decevant. Il révèle que Guarin et son étudiant, Dom Tournois, n'ont pu mettre à profit les connaissances des langues sémitiques accumulées au cours du siècle précédant par Hottinger et Louis Picques de la Sorbonne (cf. F. Richard, " Un érudit à la recherche de textes venus d'Orient, le docteur Louis Picques (1637-1699) ", dans E. Bury et B. Meunier, éd., Les Pères de l'Église au XVIIe siècle, Paris, Cerf, 1995, p. 253-277. Picques lisait l'arabe, l'hébreu, le copte, l'araméen, le syriaque et le “samaritain”, collectionnait des manuscrits, mais n'a presque jamais rien publié), et au début du leur, par Antoine Galland, Pococke et Schultens.

(48). Voir P. Sadrin, Nicolas-Antoine Boulanger (1722-1759) ou Avant nous le déluge, S.V.E.C. vol. 240, Oxford, 1986, p. 27-33.

(49). Voir A. Dupront, Pierre-Daniel Huet et l'exégèse comparatiste au XVIIe siècle, Paris, 1930.

(50). Voir Schwarzbach et A.W. Fairbairn, " The Examen de la religion : A bibliographical note ", art. cit., spéc. p. 101-103. Mori croit avoir trouvé des traces plus tôt, dans les écrits du curé Guillaume des années vingt.

(51). Voir pour une liste plus complète de sources G. Mori, " Un frammento... ", art. cit., p. 361.

(52). Voir R. Desné, " Sur un manuscrit utilisé par d'Holbach. L'Histoire critique de Jésus, fils de Marie ", dans O. Bloch (éd.), Le Matérialisme du XVIIIe et la littérature clandestine, Paris, 1982, et sa communi-cation présentée à la Table ronde sur les clandestins au Congrès de Münster (1995) : " L'Histoire critique de Jésus : du manuscrit clandestin au livre publié par d'Holbach ".

(53). Voir Schwarzbach, " Sur l'attribution de deux textes “clandestins” ", art. cit.

(54). Voir M. Waterman, " Voltaire and Firmin Abauzit ", Romanic Review, 31, 1942, p. 236-249.

(55). Voir W.E. Rex, " “Arche de Noé” and other religious articles by Abbé Mallet in the Encyclopédie ", Studies in Eighteenth-century culture, 1976, p. 333-352.

(56). Voir Schwarzbach, " The sacred theology... ", art. cit., p. 344.

(57). Voir Schwarzbach, " L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert ", dans Y. Belaval et D. Bourel, Le Siècle des Lumières et la Bible = Bible de tous les temps, 7, Paris, 1986, p. 759-804.

(58). Voir R. Simon, Histoire critique du texte du nouveau Testament, Rotterdam, 1689, chap. IX, et Dictionnaire de la Bible, éd. F. Vigouroux, Paris, 1926 sq., s.v. " Vulgate ", t. V2, col. 2476, 2480-81.

(59). Voir Schwarzbach, " Antidocumentalist apologetics : Hardouin and Yeshayahu Leibowitz ", Revue de théologie et de philosophie, 115 (1983), p. 373-90, et la bibliographie citée.

(60). Voir P. Auvray, Richard Simon..., op. cit., p. 48-50.

(61). Voir A. Ages, " Les études bibliques de Lamy ", dans J.-R. Armogathe (éd.), Le Grand siècle et la Bible, Paris, 1989 (Bible de tous les temps, 6), p. 183-192.

(62). Voir Schwarzbach, " The sacred genealogy of a Voltairean polemic... ", art. cit., p. 309-11. Voir aussi P.J. Morman, " Rationalism in the defense of Christianity. The apologetics of Noël Aubert de Versé ", dans M.-C. Pitassi (éd.), Apologétique 1680-1740. Sauvetage ou naufrage de la théologie ?, Genève, 1991.

(63). Voir J. Orcibal dans La Correspondance de Fénelon, Paris, 1972, t. I, p. 139-42.

(64). OEuvres philosophiques, éd. F. Alquié, Paris, Garnier, 1967, t. II, p. 405.

(65). Voir, par ex., Calmet sur le poisson de Jonas : " Dès qu'on attaque un miracle de l'Ecriture, il faut les attaquer tous, et l'attaquer elle-même ; ou les recevoir tous avec les Livres sacrez qui les contiennent [...]. Est-il plus incroyable que Jonas ait vêcu trois jours dans le ventre d'un poisson qu'il ne l'est que Jésus-Christ soit ressuscité après avoir été trois jours dans le tombeau [...] ? " (" Dissertation sur le poisson qui engloutit Jonas " dans Commentaire littéral. Les XII petits prophètes, Paris, 1719).

(66). Le fait que Voltaire et Woolston traitent certains des mêmes miracles que les Examens et à peu près dans le même sens et le même esprit, ce que Wade a bien démontré (Voltaire and Madame du Châtelet, op. cit., p. 115-122), ne suffit pas à les associer, l'un comme source des Examens et l'autre comme leur tributaire. Il faut mesurer cet " à peu près " avec plus de précision pour établir les liens entre les traités (voir W. Trapnell, " Le manuscrit “Voltaire 8° 221” de Saint-Pétersbourg, à paraître dans les Actes du colloque de Saint-Étienne publiés par A. McKenna et A. Mothu).

(67). Voir Kræling, The Old Testament since the Reformation, op. cit., p. 51-55. Un philosophe religieux contemporain, le regretté Yeshayahu Leibowitz, traitait de blasphème toute apologie de la religion qui prétendrait que les métaphores religieuses étaient “vraies”, ou qu'une religion s'imposait aux hommes parce qu'elle était “bonne” pour eux ou pour la société.

(68). Voir par ex. Dictionnaire philosophique, art. " Osée " et " Ezéchiel ".

(69). Une étude récente de Thomas Jemielity, Satire and the Hebrew prophets (Louisville, Kentucky, 1992, chap. III) avance que des passages des livres prophétiques, entre autres ceux dont parle Voltaire, sont délibérémùent " obcènes ", comme l'est souvent la satire classique.

(70). Histoire des Juifs, La Haye, 1716, t. VIII, livre V, chap. VI-XV.

(71). " Dissertatio de aventu messiæ a Iudæorum blasphemiis vindicatio " et " Corollarium ", Biblio-theca magna rabbinica, t. V, part. II, p. 54-147, ainsi que " De rabbinico convivio quod Iudei tempore sui deplorati messiæ expectant, dissertatio ", ibid., t. I, p. 507-55.


(1). Réflexions d'un franciscain sur les trois volumes de l'Encyclopédie, avec une lettre préliminaire aux éditeurs, Berlin, 1754, réédité à La Haye en 1759 sous le titre L'Éloge de l'encyclopédie et des encyclopédistes. Ouvrage à ne pas confondre, selon Quérard (Supercheries littéraires dévoilées, II, p. 85), avec celui du même titre paru en 1752, attribué couramment au P. Fruchet, mais plus certainement au jésuite Jean-Baptiste Geoffroy (1706-1782), professeur de rhétorique à Louis-le-Grand depuis 1743 jusqu'à la suppression de la Compagnie en 1762 (cf. Venturi, p. 205).