Psychologie historique


Christian Jacob, dans "Archéobibliographie", p. 122.

"La pensée de Meyerson ne saurait même pas se laisser enfermer dans un champ disciplinaire bien délimité, ne s'applique pas non plus à une aire culturelle ou historique déterminée. Les frontières, les définitions se révèlent inadéquates pour définir le projet anthropologique, au sens large, qui est au coeur de la psychologie historique.

Les sciences de la vie, la linguistique, le droit, l'étude des techniques, la philosophie et l'histoire des religions, l'esthétique, la psychologie et l'histoire des sciences, autant de domaines qui vont être fécondés par les écrits et les cours de Meyerson.

A l'heure où s'affirment les exigences de l'interdisciplinarité, où la nécessaire spécialisation du chercheur en sciences humaines ne saurait se dispenser d'une formation et d'une culture plus générale, à l'heure aussi où semble se profiler à l'horizon de la prochaine décennie une redistribution en profondeur des champs de savoir, une révision des partages entre sciences humaines et sciences exactes, l'oeuvre et les positions intellectuelles de Meyerson semblent d'une singulière actualité, sinon d'une clairvoyance prophétique".