Psychologie historique


Ignace Meyerson. Préface de "Problèmes de la personne".

"Le propre de l'homme est qu'il n'est pas passif à l'égard du monde qui l'environne : ses conduites sont actives-expérimentales, constructrices, fabricatrices. Il a incessamment édifié et il continue à édifier des oeuvres, des institutions, des civilisations. Il a créé des diversités. Ces oeuvres diverses, est-ce le même homme, le même esprit qui les a faites ? ne faut-il pas penser plutôt qu'en donnant à divers moments des formes modifiées et des contenus nouveaux à ses créations l'esprit humain s'est lui-même plus ou moins transformé ?

Les oeuvres, les institutions, les choses variées qui constituent le cadre de la vie des hommes ont été édifiées par des efforts de l'esprit. Il est incarné en elles ; elles portent sa marque - peut être faut-il dire ses marques. Et donc c'est dans ses créations qu'il faut le chercher, le découvrir. Elles sont diverses, elles ont une histoire. On peut dire aujourd'hui que leurs contenus constituent un chapitre de l'histoire humaine.

La science historique a été d'abord une histoire des évènements, des guerres, des empires, des dynasties. Puis sont venues une histoire économique et sociale, une histoire du droit, une histoire des religions, une histoire des arts, des lettres, des langues, une histoire des sciences et des techniques. On s'est de plus en plus approché d'une histoire des l'esprit lui-même. C'est cette histoire de l'esprit, des fonctions de l'esprit, des fonctions psychologiques que notre temps commence à écrire."