De Paris à Toulouse (1914-1945)


1914-1918
11 août : Polonais, Meyerson s'engage à la légion étrangère comme médecin auxiliaire.
Réformé en juillet 1915 pour raison de santé. Fin octobre, admis interne à la Salêtrière dans les services de Chaslin et de Nageotte. Plusieurs de ses observations sur les malades seront publiées en 1920.
Rencontre du logicien Jean Nicod, d'ou naîtra une amitié profonde.
1916. Entre en rapport avec P. Janet et G. Dumas et suit les enseignements de Lalande, d'Henri Delacroix, de Brunschwicg.
Visite l'atelier du sculpteur Aronson en 1917.
Obtient sa licence de philosophie en 1918 et devient l'ami d'Henri Delacroix.

1919
Quitte l'internat de la Salpêtrière en février. Etant étranger, il se trouve toujours dans des situations précaires. Georges Dumas l'engage comme chef de travaux au Laboratoire de Psychologie de l'asile Sainte-Anne.
Pierre Janet le charge de remettre en route le Journal de Psychologie, interrompu pendant la guerre : Meyerson en devient le secrétaire de rédaction.

1920
Le Journal de Psychologie reparaît dès le 15 janvier.
Le prix Dagnan-Bouveret de l'Académie des sciences est décerné à Meyerson pour cet effort. Il est élu secrétaire de la Société de Psychologie qu'il animera jusqu'en 1939.

Début de la revue L'Esprit nouveau. Le premier numéro comporte, entre autre, des articles de V. Basch, Ch. Lalo, R. Bissière, A. Ozenfant, E. Jeanneret, A. Salmon, L. Aragon, Le Corbusier, J. Ribemont-Dessaignes, I. Goll, tous connus de Meyerson.

1921
Henri Piéron obtient qu'il soit nommé préparateur au Laboratoire de Psychologie de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), IIIe Section.
Demande à Ozenfant un article pour le Journal de Psychologie. Amitiés fortes avec Lucien Herr, Marcel Granet, Marcel Mauss, Jean Piaget.

1922
Commence la traduction de la Traumdeutung de Freud, qui sera publiée en français sous le titre : La Science des Rêves, chez Félix Alcan en 1926.

1923
Naturalisé Français, il devient alors directeur-adjoint du Laboratoire de Psychologie expérimentale de l'EPHE. Sur invitation des universités et de l'Institut français, il fait une série de conférences à Prague et à Bratislava.

1925
Invite Pavlov à faire une conférence à la Société de psychologie.

1926
Publie un numéro spécial du Journal de Psychologie, «L'Art et la pensée», qui comprend six sections : Esthétique générale, Arts du language, Musique, Arts plastiques, Architecture, Arts primitifs. Entre autres articles, on trouve ceux de Ch. Lalo, H. Focillon, A. Ozenfant, A. Bourdelle, P. Urbain, Le Corbusier, H. Breuil, G.H. Luquet.

1927
Mission pédagogique en Pologne, invité par l'Université de Varsovie.
A l'instigation de A. Calmette, il commence avec Paul Guillaume des expériences sur les singes à l'Institut Pasteur et au Muséum.

1928
Chargé de conférences et d'un cours de Psychologie à la Sorbonne.

1930
Meyerson et Guillaume font une communication à la Société de Psychologie sur «L'usage de l'instrument chez les singes» et projettent un film. Les résultats de ces études sont publiés dans le Journal de Psychologie de 1930 à 1937, et repris en volume, sous le titre : Recherches sur l'usage de l'instrument chez les singes, par Vrin en 1987.

1931
Invitation à faire des conférences aux étudiants du Centre international de Davos.

1933
A la prise du pouvoir par les nazis, il essaie avec Geneviève Bianquis d'aider les universitaires allemands à s'expatrier.
Meyerson dirige et publie un important numéro du Journal de Psychologie, «Psychologie du language».

1935
Invite André Lhote à la Société de Psychologie.

1937
Meyerson est secrétaire général du XIe Congrès international de Psychologie, qui se tient du 25 au 31 juillet à Paris. avec Piéron, il en publie les Rapports et comptes rendus en 1938.

1940
Quitte Paris en juin, et obtient en, octobre d'être détaché par l'EPHE à la Faculté des lettres de Toulouse pour y enseigner la psychologie.
En novembre, les lois raciales de Vichy le font révoquer. Il continue clandestinement son cours aux étudiants.
Rencontre de Jean-Pierre Vernant, nommé au lycée Fermat de Toulouse.

1941
26 mai : dernière conférence aux étudiants.
Crée une Société de Psychologie à Toulouse et organise une Journée d'Histoire du Travail et des Techniques, à laquelle participent, entre autres, Marc Bloch, Lucien Febvre, Marcel Mauss.
Les contributions en seront publiées en 1948 dans un numéro spécial du Journal de Psychologie, «Le travail et les techniques», repris en volume par les PUF.
Meyerson et Vernant entrent dans la Résistance à l'Armée secrète.

1942-1944
Réunit quelques savants pour une Journée du Langage le 25 novembre 1942. Entrée des Allemands en Zone Sud. Dans la clandestinité, rédige le Bulletin de liaison de l'Armée secrète de R.4.
Libération de Toulouse le 24 août 1944. Organise fin septembre une exposition sur la Résistance dans la région de Toulouse, que verra De Gaulle lors de sa visite.

1945
Reprends son enseignement à la Faculté des lettres de Toulouse.