Francis Ponge

Repères chronologiques       2/2

Repères chronologiques 1899-1944 Francis Ponge

1944-1947
Le temps des ruptures

Retour à Paris après la Libération. Dirige les pages littéraires de la
revue Action (hebdomadaire du Parti communiste). Fréquente : Picasso, Fautrier, Dubuffet, Ungaretti. Premiers textes sur la peinture. Dans Poésie 44, Sartre publie une longue étude sur Ponge : L'homme et les choses.
Se lie d'amitié avec Braque. Publie dans le numéro 1 des Temps modernes ses Notes premières de l'homme. S'installe rue Lhomond dans l'ancien appartement de Dubuffet. Travaille sur le Savon. « Tentative orale », rue Lhomond devant Paulhan, Leiris, Tardieu, Calet, Audisio. Quitte le journal Action en 46. Mort de Groethuysen. Écrit la Seine. Rupture avec le Parti communiste en 47.
Départ en Algérie en décembre 47.

1948-1952
Le temps des peintres
Francis et Odette Ponge © Armande Ponge

En Algérie avec Calet, Leiris, Kermadec ; y écrit My creative method, Pochades en prose, le Porte-plume d'Alger. Publication de Liasse, Proêmes, le Peintre à l'étude. Période de difficultés matérielles malgré l'aide de ses amis. Conférences à l'étranger.
Nombreuses collaborations avec des peintres : Dubuffet (Matière et mémoire), Vulliamy (la Crevette), Kermadec (le Verre d'eau). Publication de la Seine, de Cinq sapates, illustré d'eaux-fortes de Braque. En 51, nouvelle rupture avec J. Paulhan et la NRF. Longue étude sur Giacometti, Joca seria. Commence à travailler à Pour un Malherbe.

 

1952-1959
Le professeur

Entre comme professeur à l'Alliance française, où il restera jusqu'en 1964. Publication de la Rage de l'expression. Entretien avec Breton et Reverdy à la radio. Réconciliation avec Paulhan en 54. Parution du Soleil placé en abîme en édition de luxe. Conférence à Stuttgart : La pratique de la littérature. En septembre 56, la NRF publie un Hommage à Francis Ponge. Paulhan, Camus, Jaccottet, Mandiargues y participent. Rencontre Philippe Sollers à l'Alliance française. Nombreuses conférences en Allemagne et en Belgique. Mariage de sa fille Armande en 57. En mai 58, refuse de se joindre aux manifestations d'opposition à de Gaulle. Reçoit le Prix international de poésie à Capri, et la légion d'honneur sur proposition d'André Malraux.

1960-1974
Le père spirituel de Tel Quel

La Figue dans le numéro 1 de Tel Quel. Considéré par la jeune revue comme un père spirituel. Conférence de Sollers sur Ponge à la Sorbonne. Premières notes sur le Pré. Achète le Mas des vergers au Bar-sur-Loup. Publie le Grand recueil (I Lyres, II Méthodes, III Pièces).
Textes sur Ungaretti, Braque, Olivier Debré. Parution de Francis Ponge de Philippe Sollers chez Seghers en 63. Mort de Braque, puis de Fautrier. En 65, publication de Pour un Malherbe et de Tome premier (réédition des écrits antérieurs au Grand recueil). Voyages et conférences aux États-Unis. Entretiens avec P. Sollers pour France-Culture. Publie le Savon. En 68, mort de sa soeur Hélène et de J. Paulhan. Parution des Entretiens avec Philippe Sollers. Publie la Fabrique du pré en 71. Ponge aujourd'hui hommage de la revue TXT.

1974-1988
Le temps des consécrations

Rompt avec le groupe Tel Quel par une lettre ouverte : « Mais pour qui donc se prennent maintenant ces gens-là ? ».
Reçoit à l'université d'Oklahoma le Prix international de littérature Books Abroad Neustadt.
En août 75, colloque de Cerisy : Francis Ponge, inventeur et classique.
Exposition et lectures au Centre Pompidou, pour lequel il rédige l'Écrit Beaubourg.
Publie en 1977 L'Atelier contemporain et Comment une figue de paroles et pourquoi.
Dans la NRF de mars 78, publie Nous, mots français, essai poétique et politique où il exprime son soutien au parti gaulliste pour les élections législatives.
Prix national de poésie en 81. Le Savon mis en scène par Christian Rist à Beaubourg. Grand Prix de poésie de l'Académie française en 82. Publie Petite Suite vivaraise, Nioque de l'avant-printemps, Pratiques d'écriture.
Hommage à Ponge au festival d'Avignon et à la Maison de la poésie en 85. Prix de la Société des gens de lettres 85. Le Savon, mis en scène par C. Rist à la Comédie française.
Publication de la Correspondance J. Paulhan - F. Ponge, par Claire Boaretto.
Cahier de l'Herne Francis Ponge, sous la direction de J.M. Gleize et B. Veck.

1988

Meurt au Mas des vergers le 6 août.

Repères chronologiques 1899-1944 Francis Ponge