Francis Ponge,
Braque, le maître de l'Atelier contemporain

« Penser n'est pas raisonner » disait Braque. Il avait raison, c'est peser.
Pour lui, peindre. Pour nous, écrire.

Feuillet votif (Nouveau Recueil, Gallimard 1967)

Francis Ponge 4/5 Francis Ponge

Georges Braque est le peintre sur lequel Francis Ponge a le plus écrit.
C'est en 1945, par l'entremise de J. Paulhan, qu'il fait la connaissance du peintre dont il admire l'oeuvre de longue date. Ponge, qui considérera cette rencontre comme « l'une des plus importantes de [s]a vie », trouve dans le travail de Braque une confirmation de sa propre éthique poétique. C'est Braque qui fournira à Ponge cette formule, définition de sa propre démarche : « L'objet, c'est la poétique. » De cette rencontre naîtra une longue amitié et une fructueuse collaboration : Braque illustre des ouvrages de Ponge : Proêmes, Le Peintre à l'étude, Cinq sapates ; tandis que Ponge consacre à « ce grand Maître de Vie » de nombreux articles publiés dans Nouveau Recueil, l'Atelier contemporain et Nouveau Nouveau Recueil.

Texte rédigé par M. Eric Pellet, enseignant à l'UFR de Lettres de l'UPVM

Braque le réconciliateur
(...) Braque pour moi, eh bien, se situe à peu près à égale distance de Bach, prononcé à la française, et de Baroque, - avec une légère attraction du second côté à cause de l'adjectif commun Braque, lequel existe bien aussi, je n'y peux rien, et présente quelque rapport de sens avec Baroque ; selon lesquelles encore le bon chien fruste et plutôt grave et très fidèle qui porte le même nom intervient bientôt alentour, comme aussi ces Barques (retournées dès lors sur le sable) qui peuvent très bien être peintes de toutes sortes de couleurs vives, elles n'en sont pas moins plutôt marron, comme est le bois en général, qu'il s'agisse de celui des hangars ou des granges dans la campagne verte ou des boiseries de salles à manger, des lutrins, des tribunes d'orgues ou simplement des violons ou des guitares, - à la moitié droite, c'est-à-dire gauche desquels ressemble indiscutablement beaucoup le B initial du nom de notre grand homme, tandis que le Q avec son manche évoque irrésistiblement soit une casserole de terre, soit une cuiller à pot, soit un miroir à main, - et que l'A de son unique syllabe sonnante sonne ouvert et grave, comme brame la rame...

Francis Ponge, Le peintre à l'étude
Gallimard 1948

Feuillet votif (1964)
Pourquoi suis-je ici ? Pourquoi moi encore ? Braque vient de mourir, bien sûr...
Mort de Braque. Clôture du catalogue. Assomption de l'oeuvre.
Mais pourquoi moi ici ?
Pourquoi m'être rendu à cette convocation, alors que je n'ai absolument rien à dire, sinon que la rencontre de ce maître a été l'une des plus importantes de ma vie, que je lui ai voué aussitôt une grande vénération,
Que j'ai été saisi d'un sanglot irrépressible, la première fois, chez lui, quand, après un assez long moment passé dans son atelier, il m'a ouvert, à l'étage inférieur, la porte de sa salle à manger et que j'y ai reconnu un tableau qui n'était pourtant pas celui dont une petite reproduction avait été l'un de mes drapeaux, pendant les années de l'occupation, dans nos demeures de fortune, ici ou là, - l'autre étant une figure de Picasso.

Francis Ponge, Nouveau recueil
Gallimard 1967

Braque
lithographe (1963)

Braque est le parangon de cette espèce de génies, plus révolutionnaires que les terroristes et plus poètes que les poètes - on s'en aperçoit à la longue - qui, sous les espèces d'apparentes descriptions, d'une simple nature morte parfois, ne nous offrent jamais rien d'anecdotique, mais toujours, à peu de choses près, un exemple, une loi, une devise, un emblème. « Voici, semble-t-il nous dire, voici comment vous pouvez faire, quelle pose adopter, quel geste ébaucher pour vous accorder à la vie universelle. »

Francis Ponge, Nouveau recueil
Gallimard 1967

Textes de Ponge
sur Braque

Braque le réconciliateur (1946)
Braque ou l'Art moderne
comme événement et plaisir (1947)
Braque-dessins (1950)
Braque-Japon (1952)
Braque lithographe (1963)
Feuillet votif (1964)
Braque ou un méditatif à l'oeuvre (1971)
Bref condensé de notre dette
à jamais re-co-naissante à Braque
particulièrement en cet été 80 (1980)
Braque-Argenteuil (1982)

Francis Ponge 4/5 Francis Ponge