La révolution vue de Grenoble 1/3

« "Il faut que j'aille voir ce que ces monstres auront fait ", dit mon père en se levant.
"J'espère que le traître aura été exécuté ", pensai-je. […]
" C'en est fait, dit-il avec un gros soupir, ils l'ont assassiné. "
Je fus saisi d'un des plus vifs mouvements de joie que j'aie éprouvés en ma vie. Le lecteur penserait peut-être que je suis cruel mais tel j'étais à dix ans tel je suis à cinquante-deux. […] La death of a K[ing] coupable est toujours utile in terrorem pour empêcher les étranges abus dans lesquels la dernière folie produite par le pouvoir absolu jette ces gens-là. » (Vie de Henry Brulard, pp. 633-634.)