Devenir banquier dramaturge 4/4

Cette comédie, projetée dès 1803, est encore en chantier en 1833.
« Pour écrire j'attendais toujours le moment du génie. Je n'ai été corrigé de cette manie que bien tard. Si je l'eusse chassée plus tôt j'aurais fini ma comédie de Letellier et Saint-Bernard que j'ai porté à Moscou et, qui plus est, rapportée. » (Vie de Henry Brulard, p. 715.)

« A dix ans je dis une comédie en prose, ou plutôt un premier acte. Je travaillais peu parce que j'attendais le moment du génie, c'est-à-dire cet état d'exaltation qui alors me prenait peut-être deux fois par mois. Ce travail était un grand secret, mes compositions m'ont toujours inspiré la même pudeur que mes amours. » (Vie de Henry Brulard, p. 638.)