Andréa Appiani (1754-1817) travaille à Milan lorsque Bonaparte le désigne pour aider le peintre Gros au choix des œuvres destinées au Louvre. Il lui demande également d'exécuter son portrait, dont il est si satisfait qu'en 1805, il le nomme premier peintre de l'Empereur. Il réalise un cycle commémoratif, l'Apothéose de Napoléon, en trente-cinq épisodes, peints au Palais-Royal de Milan de 1807 à 1810 et ruinés en 1943. Ce cycle est aujourd'hui connu par les estampes de Rasaspina et de Longhi.
Henri Beyle relate, dans son Histoire de la peinture en Italie, quelques éléments qui nous permettent d'apprécier sa réalisation par Appiani : « De nos jours encore, Appiani, le dernier des peintres à fresque, ayant eu l'ordre de peindre, au palais de Milan, les Quatre parties du monde réveillées par les exploits de Buonaparte, je me souviens qu'il fut plus de huit jours sans vouloir travailler à une peau de lion. Comme je lui marquais mon étonnement : "Voulez-vous que je devienne un peintre maniéré ? me répondit-il. Combien ai-je vu de peaux de lions en ma vie ? et quelle attention leur ai-je donnée? Non, je ne ferai celle-ci qu'en présence de la nature." » (Histoire de la peinture en Italie, p. 190.)