Intérieur de l'atelier de M. Regnault, placé dans la partie supérieure de l'ancienne église des Cordeliers.
Dessin à la plume et au lavis, à l'encre de chine et aquarelle. 30 x 50 cm
BNF, Département des Estampes et de la Photographie. Rés. Ve-53d-Fol. coll. Destailleur.
Cliché BNF.

Jean-Baptiste Regnault (1754-1829)
Il obtient le grand prix de Rome en 1776, puis est reçu à l'Académie en 1783 avec L'Éducation d'Achille. Il devient membre de l'Institut en 1795. Par l'importance de son œuvre, la qualité de ses élèves (Guérin par exemple, mais aussi Lafitte et Landon), les honneurs qu'il reçut (il est décoré par Napoléon et anobli) Jean-Baptiste Regnault a pu être considéré et s'est en tout cas voulu le rival et l'égal de David. En l'an VIII (1799) « sur l'exemple donné par David, Regnault voulut avoir son exposition particulière ; il admit le public dans son atelier du Louvre, où l'on vit réunis ses principaux tableaux. » (J. Renouvier, 1863, p. 127.) Hormis la Mort du général Desaix et la Marche triomphale de Napoléon vers le temple de l'Immortalité, son œuvre est principalement constituée de sujets mythologiques.