Pierre-Jean-Georges Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, Paris, Crapart, Caille et Ravier, 1802.
Bibliothèque universitaire de Paris XII. FM 63 et 64.
Cliché BU-Paris XII.

Corpus général des philosophes français. Auteurs modernes. Tome XLIV, 1, Oeuvres philosophiques de Cabanis, Paris, PUF, 1956.
Bibliothèque universitaire de Paris XII. 1 "3" CABA 1
Cliché BU-Paris XII.

Pierre-Jean-Georges Cabanis (1757-1808)
Médecin, Cabanis publie divers rapports commandés par le directoire de Paris durant les années 1790-1793, période pendant laquelle il est requis par sa fonction de membre de la commission des hôpitaux (Observation sur les hôpitaux 1790, Travail sur l'éducation publique 1791, Quelques principes et quelques vues sur les secours publics, 1792). Depuis sa rencontre avec Mirabeau, Cabanis était devenu très nettement républicain. La chute de la Gironde et la main mise de la Montagne sur la Convention (1792-1795) mirent Condorcet et les républicains dans une position de suspects. Arrêté, Condorcet est retrouvé mort, empoisonné dans sa cellule (Cabanis lui aurait procuré le poison). De nombreux amis de Cabanis, comme Destut de Tracy, Volney ou Roucher furent arrêtés (E. de Jouy et J. Marquet de Norvins, 1820-1825, vol. 4, p. 2-5).
A la fin de la Terreur (juillet 1794), certains de ses amis idéologues (Guinguené et Clément) retrouvent des responsabilités politiques et scientifiques. Elu à l'Institut le 15 décembre 1795 (classe des Sciences morales et politiques, section de l'analyse des sensations et des idées) il commence là la lecture de mémoires qui formeront le célèbre Rapports du physique et du moral de l'homme (1802). Cet ouvrage en deux volumes connut un vif succès et fit de Cabanis l'un des chef de file des Idéologues, de la philosophie des Lumières, avec à ses côtés le philosophe Destutt de Tracy, l'historien linguiste Volney, l'homme politique Garat.