Henri
Beyle

Les années
grenobloises

« Ce qu'il y a de plus caché
au fond du coeur
et de la tête »

L'épopée
napoléonienne

Beyle
dramaturge

Le retour
à la légende
militaire

Ecrire une Histoire
de la peinture
en Italie

Ecrire une Histoire de la peinture en Italie

Le voyage, et notamment le voyage en Italie, fait partie, depuis le XVIIème siècle de la culture française. « Cultivés d'abord par les humanistes et les aristocrates, adoptés ensuite par la noblesse de robe, et finalement de moins en moins contestés par la bourgeoisie riche et éclairée, les voyages en Italie ont largement contribué à former la culture française », (H. Harder, p. 221). Il constitue également une étape décisive dans la formation de l'artiste, surtout depuis la fondation de l'Académie de France à Rome (1666).
Les récits de voyage vont ainsi servir de « guides » pour les amateurs. Pour Stendhal, « les meilleurs voyages en Italie sont ceux de Forsyth, de Brosses, Misson, Duclos, Lalande. Les Mémoires de Casanova, édition de Leipzig, peignent fort bien les mœurs antérieures au coup de canon du pont de Lodi (1796). » (Promenades dans Rome, p. 668-669.) Ces célèbres récits n'épuisent cependant pas le genre, et une quantité de « voyages en Italie » voient le jour au début du XIXème siècle.